publicité
Opinion

Mémé à lunettes

Marlyse Tschui, - lun. 01/01/2024 - 15:28
Les petits écrans, la chronique de Marlyse Tschui.
La machine infernale Chat GPT polar Tschui
Marlyse Tschui. © Sandra Culand

Les petits problèmes de l’âge, ça n’en finit pas de ne pas finir. Après l’opération de la cataracte, j’avais cru pouvoir me passer définitivement de lunettes. Mais le miracle n’a pas duré longtemps. Au bout de quelques mois, j’étais obligée de coller mon nez sur l’écran de mon ordinateur pour pouvoir lire distinctement mes mails ou jouer au Scrabble sur Internet. Idem avec mon téléphone. Ecrire m’épuisait. 

Mais… il y avait bien pire: j’ai dû renoncer à participer à des tournois de poker, parce que je distinguais mal les cartes retournées par le croupier. Voyant surtout les couleurs, je confondais les cœurs et les carreaux, les pics et les trèfles. Gros coup de blues. J’ai donc pris rendez-vous chez l’ophtalmo en me disant que l’affaire serait vite réglée avec une paire de lunettes. Déception: le médecin a diagnostiqué une cataracte secondaire et m’a renvoyée illico chez le chirurgien. Armé d’un joystick, celui-ci s’est amusé à bombarder mon œil à coups de rayons laser. Opération réussie. Ouf!

publicité

Les grosses montures noires, je sais que c’est tendance, mais côté obscur, j’ai assez donné”

Marlyse Tschui

J’étais ravie d’apprendre que mon problème de cataracte était définitivement résolu. Le monde autour de moi semblait plus clair et plus lumineux. Mais, contrairement à ce que j’espérais, ma vision de près ou de loin ne s’est pas améliorée pour autant. Les écrans faisaient de la résistance. En désespoir de cause, j’ai envoyé un SOS à l’oculiste qui, après examen, m’a enfin délivré une ordonnance pour l’achat de lunettes.

  Ça y est, c’est le grand jour. Je me rends chez l’opticien qui me propose spontanément un choix de montures noires. Non merci, Monsieur, les grosses montures noires, je sais que c’est tendance, mais côté obscur, j’ai assez donné. Non merci, je ne veux pas de rouge non plus. Ça, c’était autrefois. Aujourd’hui, j’ai besoin de douceur, de tendresse. Passez-moi donc cette monture grise translucide, qui ira très bien avec mes cheveux grisonnants. OK. Et, maintenant, vite à la maison, pour retrouver mes écrans. Et ô merveille, JE VOIS !

En lecture
Mémé à lunettes
publicité