Les danses du monde pour rester jeune

Le cours Danse du monde fait bouger les plus de 60 ans. © YVES LERESCHE

 

Pro Senectute et Gymnastique Seniors à Genève s’associent et dynamisent leur palette de sport, proposée à plus de 2000 seniors ! A Onex (GE), comme ailleurs en Suisse, le cours Danse du monde fait bouger les plus de 60 ans.  

Mais où sont passés les messieurs? Ce mardi-là, à la Maison de la musique d’Onex (GE), elles sont une quinzaine de femmes à participer au cours Danse du monde, proposé par Pro Senectute en partenariat avec Gymnastique Seniors Genève (GSG), une association politiquement et confessionnellement neutre, sans but lucratif, fondée en 1967. Faute de cavaliers, cinq d’entre elles enfilent un sautoir rouge qui permet la formation de couples de danseurs. Tant pis pour les hommes, car ici, de toute évidence, le plaisir est au rendez-vous. 

 

Sous la houlette bienveillante et exigeante de Natalia Villalba, la monitrice, nos danseuses de plus de 60 ans forment une première ronde qui les entraîne dans une mélodie rythmée, venue de Belgique. « Mon cours propose un large répertoire de danses populaires d’ici et d’ailleurs, précise Natalia. Ce sont principalement des danses en cercle, mais il m’arrive aussi de proposer des danses en ligne ou en couple. » 

 

Faire du sport, bouger, participer à des activités de groupe sont autant de facteurs qui concourent non seulement à la bonne santé et au maintien de l’autonomie, mais aussi à la qualité de vie et au bien-être des personnes âgées. C’est dans ce cadre et dans ces valeurs fondamentales que s’inscrit la fusion toute récente, au 1er janvier 2018, de GSG avec Pro Senectute. « Un rapprochemement tout en douceur, bien compris par l’ensemble des collaboratrices et des collaborateurs ainsi que de nos clients, dont le nombre ne cesse d’augmenter », assure Joël Goldstein, le directeur de Pro Senectute Genève.

 

Nouveau répertoire

Pas encore familarisées avec les danses du jour, qu’il s’agit d’apprendre, les participantes sont tout ouïe et leur attention oscille entre leurs pieds et ceux de Natalia qui leur enseigne les pas à suivre et la nature du rythme. Il n’y a pas de prérequis pour participer à ces cours. « J’ai fait dix ans de danse, explique Tatiana. J’ai rejoint ce groupe qui pratique des danses plus adapatées à l’âge avancé. » A 90 ans, cette femme radieuse possède un maintien et un tonus extraordinaires. La danse y serait-elle pour quelque chose ?

« Ces cours offrent un excellent moyen de garder la forme et de développer le sens de l’orientation et de l’équilibre, tout en exerçant la mémoire, répond Monique. Si l’on se lance dans un tango ou dans une valse, on a l’assurance qu’ils seront adaptés à la motricité des seniors. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Convivialité

Pour Denyse, le rendez-vous du mardi à la Maison de la musique est une réjouissance : « J’adore la danse. Dans ma jeunesse, j’ai suivi des cours classiques et j’ai fait de la gym jazz dans un club de la Servette. A mon âge, c’était une suite logique. »

Pour Tatiana, Monique et Denyse, cela ne fait pas un pli : « Natalia est une monitrice adorable. Elle n’émet aucun jugement de valeur et elle n’instaure pas un climat de compétition. »

Dans la salle, les airs s’enchaînent. Des Balkans, on passe en Israël, avec un détour par les îles grecques. « Aujourd’hui, c’est particulier, car elles découvrent un nouveau répertoire, comme toujours au début d’un trimestre », précise Natalia. Tout au long de ce véritable voyage musical, les rythmes varient, les figures aussi.

 

Au-delà de la danse en elle-même, la découverte de différents folklores séduit également : « C’est la musique qui m’a d’abord attirée, affirme Anne-Lise. Je pratique le chant dans la Chorale des seniors d’Onex et ce cours est un excellent complément. » Et de souligner, au passage, une vertu essentielle des cours de Danse du monde : « C’est un excellent moyen de contrer la maladie d’Alzheimer. »

 

Un mambo récréatif permet de se relâcher un peu. Le grand miroir de cette belle et grande salle renvoie l’expression radieuse des visages. Car, si le but premier recherché est le bonheur de se mouvoir en rythme, celui de partager de bons moments de convivialité n’est pas moindre. La danse joue pleinement son rôle social, en créant du lien.

Histoire de souffler un peu, Natalia propose aux participantes deux danses qu’elles connaissent bien. Une manière de valoriser l’expérience acquise et d’aller, ensemble, jusqu’au bout d’une ronde, sans interruption. A la fin du cours, le cœur bat un peu plus vite. Le corps vibre d’une belle énergie. D’un pas léger, on rejoint le banc en faisant quelques mouvements de stretching.

 

 

L’heure est venue de se désaltérer. La terrasse du bistrot voisin tend ses bras à ces femmes bien dans leur tête et dans leur corps. Lorsqu’une participante vient à s’égarer, perdant le rythme ou cherchant sa place, il se trouve toujours une autre pour la ramener dans le cercle. « J’ai vu des personnes arriver avec des cannes orthopédiques et les lâcher pour rentrer dans le cercle, affirme Natalia. En confiance, elles se sentent tenues par les autres danseuses. »

Nicolas Verdan

Renseignements

Les cours Pro-Senectute Danse du monde sont donnés dans tous les cantons romands.

  • Pro Senectute-Gymnastique Seniors de Genève: Tél. 022 345 06 77
  • Natalia Villalba: Tél. 078 813 72 16

A vélo dans le Bas-Valais

La section valaisanne de Pro Senectute offre une multitude d’activités sportives, parmi lesquelles plusieurs groupes de vélo ou de VTT. Le 14 juin, tous les membres des groupes vélo et VTT sont invités à une rencontre cantonale au Bouveret, conduite par Pierre-François Ferrin du groupe VTT-Bichabou (biche-chamois-bouquetin), soit trois niveaux de difficultés, « promeneurs », « moyens » et « forts »). Quelque 70 à 100 personnes sont attendues à cette occasion, dès 9 heures.

 

Elles seront réparties dans plusieurs groupes des trois catégories d’effort définies par Bichabou. Avec ou sans assistance (électrique), les cyclistes sont invités à explorer le Bas-Valais, le Chablais avec, pour les plus endurants, une excursion franco-suisse via les hauteurs de Saint-Gingolph (18 kilomètres avec 819 mètres de dénivellation). Le parcours à plat couvre en moyenne 35 à 40 kilomètres contre 26 kilomètres pour le parcours « moyen » avec montées. Après la partie officielle, à la mi-journée, suivront un apéritif et un repas dans une atmosphère de convivialité.

N.V.

Renseignements et inscriptions obligatoires auprès de Pro Senectute, Secrétariat cantonal, rue de la Porte-Neuve 20, 1950 Sion, tél. 027 322 07 41 ou par courriel : info@vs.pro-senectute.ch — Prix par personne : 28 fr. (comprenant le café de bienvenue, l’apéro, le repas et le café)

0 Commentaire

Pour commenter