Remettre le pied à l’étrier

Retrouver de la confiance dans la sexualité, c'est possible. © iStock

La chronique «Sexo» de Romy Siegrist tente ce mois de répondre aux questions de Ghislaine, 66 ans, qui souhaite faire de nouvelles rencontres, mais qui doute de ses pouvoirs de séduction.

J’ai une forte envie de rencontrer de nouvelles personnes qui puissent devenir un ou une partenaire. Mais, avec l’âge, ma confiance m’a quittée et je ne suis plus certaine d’assurer, au niveau tant séduction qu’une fois au lit. Pouvez-vous m’aider? (Ghislaine, 66 ans)

 

Rencontrer un ou une partenaire n’est effectivement pas toujours aisé, parce que l’on manque parfois d’occasions de faire ces rencontres (et le covid, ces dernières années, n’a pas aidé) ou parce qu’on a l’impression «qu’on ne sait plus faire» ou parce qu’on est moins à l’aise avec et dans son corps, ce qui peut, petit à petit, atteindre l’estime de soi. Et cela surtout si on a tendance à focaliser sur ce qu’il y aurait à «améliorer», ce qui amène un cercle vicieux (et pas dans le sens agréable du terme)! Cependant, contrairement aux représentations âgistes de l’amour et de la sexualité, il n’y a pas d’âge pour séduire ou faire l’amour. Néanmoins, les codes de séduction ne sont peut-être plus les mêmes, tant ceux que l’on a envie d’utiliser que ceux qui nous attirent…
>> Lire aussi l'article: Revaloriser l'estime de soi

Séduire, encore?

La séduction est une question pointilleuse, vu les différentes injonctions présentes dans notre société: pour séduire, il faudrait un corps «beau», moins de 50 ans si l’on est une femme, et rien qui dépasse ou détonne, au risque de passer pour quelqu’une de provocant... Pas évident d’«assurer» comme vous dites, et de se sentir à sa place, quels que soient son âge et son corps! Et s’il n’y avait, en fait, pas à séduire? D’autant plus que le verbe séduire, du latin seducere, signifie étymologiquement «détourner du droit chemin», «tirer de côté» et, en sciences sociales, cela fait référence à tout un tas de procédés de manipulation pour susciter l’admiration de l’autre ou un émoi chez lui...

Autant dire que faire une rencontre pérenne via de la séduction, cela semble mal parti! Et si nous mettions l’accent plutôt sur l’authenticité, et ce qui pourrait venir nourrir profondément une relation? Qu’avez-vous envie de ressentir, dans une relation? Qu’est-ce qui vous donne envie d’être en lien, au quotidien? Pour de nombreuses personnes, la joie ou la capacité à s’émerveiller, des qualités du cœur, sont des éléments importants. Ce sont aussi des aspects qui font que l’on «rayonne» — et donc que l’on plaît plus… Serait-ce un aspect à nourrir?

Et puis, une fois au lit…

Si la rencontre s’est faite autour de bases comme la bienveillance, l’ouverture d’esprit et le respect de chaque personne, gardez en tête que les signaux sont verts pour gérer brillamment et avec humour les éventuelles maladresses et les aléas dans la sexualité — ce qui arrive à tout le monde, vraiment. Thématiser votre stress en amont peut aussi aider à faire que ce moment de «remise de pied à l’étrier» se passe bien, tant par l’attention portée par l’autre à votre égard que parce que vous serez sans doute étonnée d’entendre que, pour votre partenaire aussi, des insécurités peuvent être présentes. Mais une fois dans l’action, cela passe vite!

Dans l’ensemble, n’oubliez pas que l’autre vous regarde et vous touche avec aménité, tout comme vous. Et, au final, vous pouvez vous dire que «assurer», c’est bon pour les courtiers et vous rappeler que, ce qui compte, c’est la qualité de la connexion entre vous plutôt que la performance!

Romy Siegrist
Psychologue FSP, sexologue

0 Commentaire

Pour commenter