Polars: Ces seniors qui font la loi

© iStock

Les héroïnes et les héros de 60 ans et plus s’éclatent plus que jamais dans la littérature policière et le territoire du noir.

Clovis le facho et André le gaucho ont leur vie derrière eux. Ces deux vieilles branches n’en font pas moins tout le sel de Coups de vieux, un thriller signé Dominique Forma, paru en août dernier chez Robert Laffont. Jouant sur le passé des personnages, dépassés par le monde contemporain, l’intrigue est efficace. Eh oui, si la majorité des protagonistes du polar contemporain sont âgés de moins de 55 ans, les seniors ne sont pas en reste dans la littérature policière. Loin de là, même: «Ils sont monnaie courante dans la période classique, explique Norbert Spehner, spécialiste franco-canadien des littératures de genre, notamment de la science-fiction et du fantastique, du roman policier et du western. C’est le plus souvent à cause d’une certaine sagesse, de leur expérience et de leurs qualités d’intuition et de raisonnement.»

On songe à Miss Marple, créée par Agatha Christie ou Maigret, pas de première jeunesse, deux figures marquantes dans le polar d’enquête classique. «Peut-être parce que l’univers bourgeois du «mystery » est moins violent, moins dangereux que celui du roman noir hard-boiled ou du thriller, avec leurs bagarres, des poursuites, des fusillades et autres activités périlleuses exigeant une certaine forme physique », explique Norbert Spehner qui est aussi l’auteur du Détectionnaire, une somme consacrée aux personnages principaux de la littérature policière et de l’espionnage. Dans le polar contemporain, les vieux ont tendance à faire tache, ils détonnent ou ils font rire. Voir les nonagénaires des Petits vieux d’Helsinki de Minna Lindgren qui sèment la pagaille et agissent par désœuvrement, ou les joyeux lurons du Gang des dentiers de Catharina Ingelman-Sundberg qui décident de commettre un hold-up pour se retrouver en prison, où ils seront mieux traités que dans une maison de retraite. «Parfois, on les met en scène pour montrer leur dernier tour de piste, comme Buck Schatz, ce vieil enquêteur qui reprend les armes à 87 ans, imaginé par Daniel Friedman, ou la joyeuse équipe de Vive les viocs de Larry Alan Morse qui magouille dans l’illégalité la plus complète.»

 

Pas d’âge pour se faire peur

Foi de libraires, l’âge n’est toutefois pas un paramètre clé pour les lecteurs en quête de conseils. A la Librairie La Fontaine, à Vevey, personne ne s’est jamais présenté pour demander un polar avec des « vieux ». A Payot Lausanne, Stéphanie Berg, libraire spécialisée dans le domaine du noir et du thriller, ne dit pas autre chose. «En revanche, il arrive qu’on me demande un polar susceptible de «plaire à une grand-mère.» Mon premier réflexe est de chercher «du super doux (genre L'héritage de Robert Goddard chez Sonatine), en privilégiant des histoires de famille avec des jolis décors. Mais je connais aussi des clientes du 3e âge qui veulent du super trash! » Sans parler de véritable tendance dans l’univers du polar, Stéphanie Berg distingue plusieurs thématiques en lien avec l’âge: les histoires traitant la vieillesse sur le ton de la comédie, celles instaurant un climat anxiogène autour de la perte de mémoire, les récits prétextes à mettre en scène de jeunes retraités, la mise en scène de meurtres incompréhensibles visant de braves vieillards sans histoires. «Chez James Sallis, comme chez Victor del Arbol, c’est aussi l’occasion de mettre en scène des personnages inhabituels.» On pense à Par-delà la pluie avec l’extraordinaire road trip de Miguel et Elena: après s’être rencontrées dans une résidence à Tarifa, ces deux personnes âgées se lancent sur une enquête qui les jette sur les routes d’Espagne.
Dans les séries policières, il faut enfin distinguer celles où l’âge du personnage principal n’a aucune importance de celles où le personnage évolue au fur et à mesure que les années passent: «Premier cas, Nero Wolfe, enquêteur fétiche de Rex Stout qui ne vieillit pas, précise Norbert Spehner. Il a 56 ans au cours de ses nombreuses enquêtes (47 romans et receuils de nouvelles) publiées entre 1936 et 1975. Dans les récits du «canon », Sherlock Holmes ne vieillit pas. Il en sera autrement dans les centaines de parodies et pastiches. L’avocat Perry Mason ou l’espion James Bond ont, eux aussi, toujours le même âge. » En revanche, et c’est tout le sel de ces histoires, très fréquentes dans le roman contemporain, certains personnages avancent en âge, parfois au rythme de leur auteur: «Avec cette question très existentielle à la clé, dit Spehner: jusqu’à quand peuvent-ils être des héros de polars ? » Et de citer Kurt Wallander (de Mankell), Harry Bosch (de Connelly), Harry Hole (de Nesbo), entre autres. «Quand John Rebus, ancien pilier de taverne campé par Ian Rankin, se met à boire du thé, la fin approche. Cela dit, pour un auteur, il est toujours périlleux, voire nuisible de trucider son personnage. Conan Doyle a dû ressusciter Sherlock Holmes après l’avoir supprimé.» Au passage, notons aussi quelques vénérables plumes qui font encore les beaux jours du polar: Mary Higgins Clark publie encore régulièrement à 91 ans. John Le Carré, toujours vert à 88 ans et James Lee Burke, 82 ans. Vieux, jeunes, à la retraite, en bonne ou mauvaise santé, les héroïnes et les héros de polars sont-ils au fond éternels ? Pour leurs fans, certainement. Or, parfois, comme pour le plus célèbre des détectives, l’histoire se termine par une nécrologie dans le New York Times en 1975: «Hercule Poirot, détective belge ayant acquis une renommée internationale, est mort en Angleterre. Son âge était inconnu. »      

 

       Nicolas Verdan

   


                               

Vieux criminels dejantes

 

Berthe, 102 ans
Six heures du matin: Berthe, 102 ans, canarde l’escouade de flics qui a pris d’assaut sa chaumière auvergnate. Huit heures, l’inspecteur Ventura entame la garde à vue la plus ahurissante de sa carrière. La grand-mère au Luger passe aux aveux et le récit de sa vie n’est pas piqué des vers.

 

Un titre pour la découvrir

Mamie Luger, Benoît Philippon,  Editions Les Arènes


 

Pas d'âge limite pour faire justice

 

André le gaucho et Clovis le facho,  la soixantaine
Dans le milieu interlope des couples échangistes de la baie des Cochons, au Cap d’Agde, une femme a été retrouvée morte dans les dunes par un ancien journaliste de Libé. Il la connaissait et il craint de passer pour le suspect N° 1. Une vieille connaissance, du pied noir proche de l’OAS, ancien kiosquier râleur va venir à sa rescousse. «La soixantaine, c’est en avoir plus derrière que devant », a dit une fois Dominique Forma.

 

 

Un titre pour les découvrir

Coups de vieux, Dominique Forma,  Editions Robert Laffont


Jeune retraitée

 

Siri Paiboum, 72 ans
En 1976, en République populaire du Laos, les communistes viennent de prendre le pouvoir. Siri Paiboum, un médecin de 72 ans, est nommé malgré lui médecin légiste à Vientiane où il croyait couler une vie tranquille. Tout se complique quand on lui amène le corps de la femme d’un cadre du Parti.

 

Un titre pour le découvrir

Le déjeuner du coroner, Colin Cotterill, Editions Albin Michel

 


La mémoire fout le camp

 

Kim Byeong-su, 72 ans
A 72 ans, Kim Byeong-Su est un vétérinaire à la retraite. Il est aussi un ancien tueur en série qui a cessé ses activités létales depuis près de vingt-cinq ans, depuis qu’un accident de voiture et une opération au cerveau lui ont ôté le plaisir de tuer.

 

Un titre pour le découvrir

Ma mémoire assassine, Kim Young-ha, Editions Picquier

 

 


Un héros qui vieillit mal

 

 

Kurt Wallander, 67 ans †
Ce héros mythique d’une Suède désenchantée, doutant d’elle-même, n’est plus. Ce grand dépressif a toujours eu l’âge de son créateur, l’écrivain de best-sellers Henning Mankell, décédé en 2015 à 67 ans. Le suivant comme son ombre, son personnage de flic misanthrope, traquant le serial killer scandinave a fini sa carrière au bout du rouleau.

 

Un titre pour le découvrir

Une main encombrante, Henning Mankell, Editions du Seuil

 


Des vieux pas si gentils

 

Commissaire Soneri, âge mûr
Ne jamais se fier aux apparences. La vieillesse dissimule parfois de lourds secrets de jeunesse. Dans une veine et une atmosphère rappelant les meilleurs Simenon, Valerio Varesi confie une enquête à son commissaire Soneri chargé d’élucider une disparition et un suicide. Sur les rives du Pô, rien n’a été oublié de la Seconde Guerre mondiale.

 

Un titre pour le découvrir

Le fleuve des brumes, Valerio Varesi, Editions Agullo

 


Détectives en fauteuil

 

Miss Marple, 74 ans
Son existence aurait pu se limiter à sa petite ville et à ses travaux de jardinage. Sauf que Agatha Christie a toqué à la porte de cette demoiselle d’âge mûr, en 1930, pour l’entraîner dans une première aventure: L’affaire Protheroe. Cette vieille dame s’est imposée comme la quintessence de la figure du détective amateur, aux intuitions confondantes.

 

Un titre pour la découvrir

Le miroir se brisaAgatha Christie,  Editions Livre de Poche

0 Commentaire

Pour commenter