L’Etna, une terre fertile...en anecdote

©Istock

Ce massif volcanique italien situé en Sicile traîne dans le sillage de ses nombreuses coulées de lave une pléthore d’histoires cocasses d’hier et d’aujourd’hui. En voici quelques-unes.   

Avec près de 80 éruptions au cours du XXe siècle, l’Etna traîne la sulfureuse réputation d’être l’un des volcans les plus actifs du monde. Cet imposant massif conique, vieux de 500 000 ans, voit régulièrement la lave, mais aussi les anecdotes s’accrocher à ses pentes. Saviez-vous, par exemple, que l’altitude de son sommet évolue avec le temps. « Il a été mesuré à 3357 mètres en juillet 2021, explique Anna Inaudi, de l’agence de voyages Géo-Découverte. Comme il compte plusieurs cratères, dont la forme et le nombre évoluent au gré des éruptions, son point culminant change.

Pendant une quarantaine d’années, le cratère nord-est a détenu le record (3326 mètres), cédant ensuite cet honneur au cratère sud-est. » Tantôt éruptif, avec ses panaches de fumée qui peuvent atteindre plusieurs milliers de mètres de hauteur, tantôt effusif avec des coulées de lave fluides, qui sont parfois arrivées jusqu’à la mer, l’Etna représente bien évidemment un laboratoire fascinant pour les scientifiques et les passionnés de volcanologie.

Anna Inaudi se rappelle d’un groupe de Genevois qui, en 1985, avait fait une excursion à peau de phoque — en hiver, des remontées mécaniques permettent même de pratiquer le ski. « Ils furent surpris par une tempête de neige et s’abritèrent dans l’observatoire volcanologique de l’Etna, à 3000 mètres d’altitude. C’est à ce moment que germa l’idée d’une société de volcanologie, qui fut fondée, cette année-là, dans la cité de Calvin.»$

 

A lire aussiLes Canaries, paradis oublié

 

Un endroit fascinant pour l’homme

Cette activité volcanique offre une terre très fertile. Sur les flancs de l’Etna, on trouve des vergers, des vignobles, des orangers, des pistachiers ou encore des forêts de châtaigniers. « Les pistaches de Bronte sont renommées et les vins de l’Etna sont désormais excellents, à l’instar du Rosso dell’Etna, le plus connu», détaille la spécialiste. 

Il s’agit également d’une terre de légendes qui n’a eu de cesse de fasciner les hommes. Son origine mythologique est liée à la Gigantomachie, épisode où Zeus prend le pouvoir après une lutte contre le titan Typhon, qui se retrouve emprisonné sous l’île. Son haleine de feu se matérialise en coulées de lave ou en colonnes de feu, alors que, lorsqu’il se retourne, cela provoque des séismes. « Vous souvenez-vous d’Ulysse essayant de retourner à Ithaque, demande Anna Inaudi. Et bien, c’est ici qu’il est fait prisonnier par le cyclope Polyphème.» 

Par la suite, avec le christianisme, l’Etna devint la maison du diable et une sorte de porte de l’Enfer. « Une autre légende, assez surprenante, est liée à la reine Elizabeth Ier d’Angleterre, note la connaisseuse. Après sa mort, la souveraine aurait été jetée en enfer dans les cratères de l’Etna. Le diable en personne l’aurait amenée jusque-là, sans s’apercevoir que, au cours du vol, l’une de ses pantoufles était tombée quelque part à Bronte. Deux siècles plus tard, en 1799, lorsque l’amiral Horatio Nelson reçut en cadeau la propriété du château Maniace et le titre de duc de Bronte, il aperçut une nuit son fantôme, qui lui tendit un cercueil dans lequel se trouvait la célèbre pantoufle… Elle serait aujourd’hui conservée dans son palais, à Bronte !»  

 

Frédéric Rein

0 Commentaire

Pour commenter