Mon animal et moi : Justine et Caroline

DR & Yves Leresche

La Lausannoise Caroline Schurter, 42 ans, possède cette ânesse depuis qu’elle a 12 ans. Un équidé qui réunit aussi sa sœur, ses parents et sa fille.

Avec Justine, c’est une longue histoire d’amour, explique la Lausannoise Caroline Schurter, rencontrée à Cossonay (VD), où son ânesse dispose d’un box et partage son quotidien avec des chevaux, des chèvres et des chiens. « Avec ma sœur jumelle, nous l’avons eue quand nous avions 12 ans, poursuit-elle. « Juju » était notre confidente, celle avec laquelle nous partagions toutes nos préoccupations. On se couchait à côté d’elle, elle posait sa tête sur notre épaule. »

Une trentaine d’années plus tard, l’intensité de ce lien n’a pas faibli. « Aujourd’hui, elle a sur moi un véritable effet calmant, rassurant, souligne cette conseillère en personnel. Elle fait toujours autant partie de ma vie. Avec ma sœur et mes parents, nous nous relayons pour venir la voir plusieurs fois par semaine. De fait, je dirais que Justine cimente les liens familiaux de trois générations, car, désormais, ma fille Scarlett vient régulièrement avec moi pour s’en occuper et la promener. Notre passion commune pour les équidés nous permet de passer de beaux moments ensemble. »

 

 

Des balades à la… longe

Car, tel un chien, Justine a droit à de longues balades, lors desquelles la laisse est remplacée par la longe. « Elle nous oblige à sortir, raconte Caroline Schurter. En plus, on est souvent accostées par d’autres promeneurs, intrigués par sa présence. » Et sa fille de 9 ans, occupée à donner des carottes à cette grande gourmande, véritable tondeuse sur pattes, d’ajouter : « J’aime bien partir en balade avec elle, car je peux la monter, ce qui m’évite de marcher ! » Mais, quand ce quadrupède bien en chair n’a plus envie d’avoir cette jeune demoiselle sur son dos, il le fait rapidement savoir en grattant le sol avec ses sabots. Comme tout âne qui se respecte, Justine a son petit caractère et est très têtue. « Quand elle est mise au pré, elle n’hésite pas à franchir les barrières, même si elles sont électrifiées. Heureusement qu’elle n’est pas fugueuse, souligne sa propriétaire. Elle est en outre très intelligente et possède une mémoire incroyable. Dès qu’elle voit notre voiture arriver, par exemple, elle se met à braire. » Toute la famille espère donc pouvoir s’en occuper encore une bonne dizaine d’années, âge moyen pour un âne domestique…       

 

Frédéric Rein

 

0 Commentaire

Pour commenter