Peter Arbenz, un humaniste passionné

Retraité depuis bientôt dix-huit ans, celui qui entrera certainement dans l’histoire suisse comme le premier Monsieur Réfugiés n’a jamais cessé d’œuvrer en faveur des victimes de conflits et de la pauvreté

Edition abonnés

Edition abonnés

L'accès à la totalité de l'article est protégé.

Déjà abonné?

Gérez votre abonnement

Devenez abonné pour accéder à cet article

  • 30% de reduction en vous abonnant en ligne
  • des tarifs préférentiels dans la boutique et voyages
  • des centaines de billets offerts chaque mois

Abonnez-vous