Ramoneurs de père en fille

Ramoneurs de père en fille

 «Le chapeau haut-de-forme, on l’a toujours, car il fait partie du costume intégral du ramoneur. Je connais des collègues qui le portent en permanence, explique Daniel. Quant à nous, on ne le porte plus tout le temps pour des raisons pratiques.» Photos @Sandra Culand

Daniel, 60 ans, et Kaethlin, 30 ans, sont maîtres ramoneurs du côté de Montreux et du château de Chillon. Un duo père-fille, porte-bonheur, qui fait honneur à un métier hautement technique, qui se réinvente sans relâche.

Ce jour de juin 2012, quand Kaethlin annonce à son père qu’elle aimerait faire un apprentissage chez lui, il ne prend pas sa fille cadette au sérieux. Maître ramoneur à Montreux, Daniel de Joffrey, 60 ans cette année, a alors encore en tête ces étés sur l’alpe, quand il emmenait avec lui ses deux gamines faire un ministage dans des chalets de montagne : « Kaethlin avait dit qu’elle ne ferait jamais ce métier. » Peut-être « mon côté trop princesse », se marre aujourd’hui celle qui, à 30 ans, n’est autre que l’une des trois seules femmes maîtres ramoneurs de Suisse romande. « Annouck, l’aînée des deux sœurs était plus terre à terre, je l’aurais davantage vue dans le métier, confie Daniel.

Edition abonnés

Edition abonnés

L'accès à la totalité de l'article est protégé.

Déjà abonné?

Gérez votre abonnement

Devenez abonné pour accéder à cet article

  • 30% de reduction en vous abonnant en ligne
  • des tarifs préférentiels dans la boutique et voyages
  • des centaines de billets offerts chaque mois

Abonnez-vous