Dans le sillage des Vikings

Chaque année, des descendants des Vikings se rassemblent, comme ici, sur l'île de Wolin, en Pologne. On y vit, on y boit et on y mange comme à l'époque sans oublier des reconstitutions impressionante de batailles.

C’est un film de réhabilitation que nous propose Exploration du monde. Le cinéaste Philippe Soreil tenait à montrer que les hommes du Nord n’étaient pas que des brutes sanguinaires.

Les Vikings avaient mauvaise réputation, à l’époque, et cela n’a guère changé de nos jours. La faute principalement au cinéma et aux séries télévisées qui nous montrent des hordes de barbares sanguinaires débarqués de leur drakkar pour piller, tuer et violer. Bon, on ne va pas se mentir, les hommes du Nord n’avaient pas que de bons côtés. Mais, rappelle Philippe Soreil, réalisateur du film Danemark-Normandie, « les seuls récits de cette période de l’histoire sont arrivés jusqu’à nous par les membres du clergé, qui étaient les premiers visés par les Vikings pour leurs richesses mal défendues, et c’était pour eux une bonne manière d’être dédommagés des drames humains qu’ils avaient endurés et surtout des richesses d’églises qui leur avaient été dérobées ».

De plus, note-t-il, les violences décrites étaient monnaie courante à l’époque, y compris de « la part des armées soi-disant évangélisatrices de Charlemagne, les deux clans qui se faisaient la guerre étaient dans la même division ». On a compris, il serait donc injuste de réduire la civilisation viking à cet aspect-là. Les Normands qui ne connaissent pas la peur (pour ceux qui ont lu Astérix) étaient aussi de grands explorateurs qui nous ont légué des ports, des chantiers navals, des comptoirs et des routes commerciales, comme on peut s’en rendre compte lors du documentaire qui nous mène du Danemark aux Pays-Bas et à la Belgique, la France et l’Angleterre. « Ils ont laissé aussi des lois encore appliquées aujourd’hui, particulièrement dans les pays anglo-saxons. »

 

Des femmes libres

« Les Vikings ont encore amené les pays scandinaves à être ce qu’ils sont aujourd’hui : souvent des modèles familiaux, sociaux et économiques, mais pas seulement, ils ont inspiré une certaine notion du bonheur dans les choses les plus simples de la vie. » Et on n’oubliera pas que la femme avait un rôle privilégié dans leur société, ayant le droit de résister aux hommes et même de divorcer. « Elles pouvaient aussi prendre les armes et accompagner les hommes en expédition ... voire devenir chef de clan. » Enfin, rendons justice une dernière fois à ces Vikings qui ont influencé l’Europe trois siècles durant avant d’être vaincus par le christianisme et de redevenir à de meilleurs sentiments. « Le mensonge sur les Vikings qui m’énerve le plus ? Quand ont les affuble de casques à corne qu’ils n’ont jamais portés et qu’on se contente de les assimiler à des brutes sauvages incultes. »

                  J.-M.R.

0 Commentaire

Pour commenter