publicité
Opinion

Y a une bestiole dans l’eau!

Jean-Marc Rapaz, Journaliste - lun. 01/07/2024 - 06:15
Craignant algues, requins et toutes sortes d'autres bestioles, notre chroniqueur-téléspectateur jure qu'il ne se baignera que dans l'eau claire d'une piscine cet été.
série Netflix requins horreur TV
On a beau savoir les requins menacés par la pêche industrielle, ils ont malgré tout une sale tête. Y compris dans "Sous la Seine" de Netflix. © Netflix

Je fais partie d’une génération traumatisée. À cause d’un cinéaste de génie, certes, et de sa grosse bête en carton-pâte! Oui, c’est bête, après avoir vu le film Les dents de la mer (1975), je ne me suis plus jamais senti serein dans la Grande Bleue. Persuadé à chaque trempette de voir des ombres passer dans l’eau, donc pressé de revenir vers le rivage et le sable chaud. Et puis, de toute façon, hormis ces monstres, il y a des tas d’autres bestioles sous la surface: des crabes (géants, bien sûr), des petits poissons qui t’arrachent des bouts de peau pour défendre le caillou. En plus, c’est sale, toute cette faune fait pipi dans la mer ou l’océan. Bon, vous me direz, les baigneurs aussi parfois.

publicité

Alors, pour se rafraîchir, comment faire? La baignade en eau douce? Euh, comment dire, à chaque fois qu’une algue me touche, je sursaute. Ajoutez à cela qu’on trouve dans le lac des brochets et leurs grandes dents, des silures qui bouffent des canards et on raconte même que des particuliers ont déjà relâché des tortues alligators à l’occasion. Que de dangers!

Dois-je entamer une thérapie? La cause me semble perdue. D’autant plus que la plateforme Netflix a sorti début juin un blockbuster qui a cartonné dans le monde entier: Sous la Seine. Manquait plus que ça: déjà qu’elle est pleine de microbes, et ne voilà-t-il pas que des scénaristes fous ont imaginé un requin dans les eaux parisiennes. Et pas un petit, hein! Non, un requin mako capable de dépasser les 70 km/h. Généralement, ces gros «poissons» mesurent dans les 2 mètres mais, pour les besoins du film, cette sale bête atteint la taille démesurée de 7 mètres, soi-disant en raison du dérèglement climatique. Bref, j’ai visionné durant 30 minutes avant de zapper. C’est certain, cet été, je ne me baignerai plus qu’en piscine!

En lecture
Y a une bestiole dans l’eau!
publicité