Le Prix Chronos, c’est reparti !

De gauche à droite, Cathy Sierro, Sylvie Fiaux et Nicole Jallard. ©DR

Envie de participer au Prix de littérature jeunesse intergénérationnel organisé par Pro Senectute Suisse ? Le Prix Chronos destiné aux juniors de 10 à 12 ans et aux seniors vous attend !

Chaque année depuis 25 ans, l’époque de la rentrée scolaire annonce le lancement du Prix Chronos organisé par Pro Senectute Suisse. Cet événement littéraire, destiné aux enfants de 10 à 12 ans et aux seniors, s’est fixé pour triple mission de récompenser un auteur, tout en incitant jeunes et moins jeunes à céder aux délices de la lecture et à se rencontrer afin d’échanger sur les histoires découvertes.

Pour cette nouvelle édition, quatre romans jeunesse sont en lice. Les deux publics concernés sont invités à les lire entre août 2021 et février 2022, à participer à des rencontres intergénérationnelles au cours desquelles chacun donnera son avis, et à voter pour le livre qu’ils ont préféré.

La tâche délicate de choisir les livres soumis à la compétition incombe au groupe de sélection du Prix Chronos composé de Cathy Sierro, bibliothécaire, de Nicole Jallard, enseignante retraitée et de Sylvie Fiaux, responsable du Prix Chronos en Suisse romande. Après avoir lu vingt-trois romans jeunesse, ce comité en a retenu quatre pour l’édition 2021-2022 : Le couscous de Noël, d'Elisabeth Benoit-Morelli, Les enfants terribles de Bonaventure, de Cécile Hennerolles, Les loups du clair de lune, de Xavier-Laurent Petit et Niko et le pinceau magique, de Delphine Laurent. Les quatre histoires proposées ont toutes pour objectif d’aborder les relations entre les générations et de contribuer à établir ou à rétablir la complicité entre enfants et seniors. 

 

A lire aussiQuand les générations échangent des messages d’espoir

 

Paroles d’auteurs

Pour chacun des écrivains en compétition, le thème intergénérationnel compte beaucoup. Dans ce tour d’horizon, seule manquait Cécile Hennerolles, injoignable en cette période estivale. Pour Xavier-Laurent Petit : « Il y a dans ce saut de génération un décalage et une complémentarité dont j’aime la richesse, non seulement dans la vie réelle , mais aussi dans ces petites vies parallèles que sont les fictions, les romans, les histoires… Courroies de transmission d’un passé dont ils ont été les acteurs et sur lequel le présent se bâtit, les vieux sont les conteurs et les raconteurs de ce passé. En cela, ils constituent un socle sur lequel les plus jeunes peuvent, à leur tour, s’appuyer. Un jour encore lointain, ce sera à eux de raconter . Et que raconte-t-on si ce n’est des histoires ? Oui, je sais. J’ai dit vieux . Un mot devenu ultra péjoratif, et qu’on a peu à peu remplacé par senior, ancien , troisième âge … Dommage !  Au terme d’un parcours plutôt sinueux, vieux se rattache au latin vetulus, qui signifie tout à la fois usé et qui existe depuis longtemps . Ce dernier sens me plaît bien. » 

De son côté, Elisabeth Benoit-Morelli n’avait pas envisagé d’introduire ce thème dans ce qui est son premier roman, « mais il s’est imposé tout naturellement. Enseignante, je vois beaucoup de grands-parents venir chercher leurs petits-enfants à l’école. C’est naturel et très contemporain. Je me suis inspirée de ma propre expérience avec mon grand-père. Dans l’histoire, Marcel est proche de son petit-fils, allant jusqu’à lui confier son secret dont il n’avait jamais parlé à sa propre fille. » 

Delphine Laurent explique, elle, que « la notion de l’importance du lien entre générations est présente dans tous mes livres, notamment Niko et le pinceau magique. Quand Niko, 11 ans, rencontre par hasard Monsieur Henri, un fringant octogénaire, c’est une première pour lui qui ne connaît pas ses grands-parents. Il a une idée très caricaturale des seniors et découvre avec étonnement un papy énergique, malicieux et plein de surprises, qui le guide avec bienveillance et sagesse dans ses choix et leurs conséquences en lui racontant des épisodes de sa vie. Si Niko grandit au contact de ce grand-père d’adoption, Monsieur Henri, lui aussi, s’épanouit au contact de la fraîcheur et de la tendresse de Niko et ses amis. »

 

Envie de participer ?

Plus de 2000 personnes participent, chaque année, à l’attribution du Prix Chronos, pourquoi pas vous ? L’aventure s’adresse aux familles, aux classes, bibliothèques, groupes d’aînés, club de lecture, etc. Pour faire partie du prochain jury de lecteurs, découvrir les livres et en parler avec d’autres, il suffit de remplir un bulletin d’inscription disponible sur le site du Prix Chronos. Les quatre romans sont en vente dans toutes les librairies, parmi lesquelles Payot libraire qui offre une remise de 10 % sur la sélection. Et, sur demande, Pro Senectute propose d’animer un groupe intergénérationnel ! 

 

Martine Bernier

Participez !
Informations et formulaires d’inscription disponibles sur le site de prosenectute ou auprès de:

Pro Senectute Suisse
Sylvie Fiaux
rue du Simplon 23
1800 Vevey

tél. 021 925 70 15 
sylvie.fiaux(at)prosenectute.ch 

0 Commentaire

Pour commenter