Il n’y a pas d’âge pour être curieux!

photo: © Guillaume Perret

Les curiosités de Pro Senectute Arc jurassien sont désormais disponibles, et proposent la visite de lieux insolites aux amoureux de culture et de découvertes dès 60 ans!

« Nous avons instauré, depuis quatre ou cinq ans, cette idée de nouvelles activités. Le but était d’élargir la palette de nos offres, car nous constations un léger tassement de notre clientèle sportive et nous souhaitions un renouvellement. » Ce renouvellement, François Dubois, directeur de Pro Senectute Arc jurassien, l’a trouvé avec son équipe en proposant aux personnes âgées de 60 ans et plus des activités conciliant mouvement et aspect culturel. Mais mouvement modéré, comme le relève François Dubois : « Pour chaque lieu proposé à la visite, il faut marcher un peu, raison pour laquelle il est prudent de se renseigner avant de s’inscrire. Pour certains lieux, il ne faut faire que quelques pas pour accéder au site, pour d’autres, c’est un peu plus physique. »

 

Baptisé Les curiosités, le programme propose de découvrir un lieu insolite, le savoir-faire d’une entreprise ou de visiter un musée ou un site renommé. La nouvelle édition sort ces jours-ci, riche d’une palette composée de plus de 25 activités à découvrir pour la grande majorité d’entre elles dans le périmètre de l’Arc jurassien. Parmi les visites phares, celle des moulins souterrains du Col-des-Roches se déroulera le 9 novembre 2016. Uniques en Europe, ils se situent au fond de la vallée du Locle, dans le canton de Neuchâtel, et réservent une incursion dans un univers souterrain creusé, à l’origine, par les eaux du Bied, puis, peu à peu, apprivoisé l’universpar la main de l’homme. Ces moulins aux mécanismes hydrauliques perfectionnés au fil du temps ont été partiellement restaurés dès 1973 par un groupe de courageux passionnés qui ont ouvert le site au public à la fin des années 1980, accueillant désormais une moyenne de 30 000 visiteurs par an.

La découverte de l’endroit sera accompagnée par un guide et mérite le déplacement… même s’il faudra attendre l’expiration du délai d’inscription fixé au 25 octobre, pour vérifier si l’idée séduit. 

Le chouchou : le Palais fédéral !

Monique Hintz, organisatrice de ces sorties, sait que les activités ne rencontrent pas toutes le même succès, raison pour laquelle elle veille à diversifier l’offre : « Je dirais que nous avons entre dix et quarante personnes par rencontre, un chiffre très variable en fonction des propositions. Nous les organisons les deuxième, troisième et quatrième mercredis du mois, et, comme notre public vient des trois cantons, nous proposons des sites sur le Jura, le Jura bernois et Neuchâtel. La visite qui a rencontré le plus de succès ? Le Palais fédéral ! Il suscite toujours beaucoup d’engouement. »

 

Plusieurs publics, composés de personnes de 60 à plus de 80 ans, sont interpellés par le programme. Avec un point commun à tous : le goût de la découverte et un intérêt marqué pour leur région. Tout en s’efforçant de nourrir la curiosité de chacun, les organisateurs s’appliquent à donner un maximum d’informations sur chaque sortie, sa durée et les éventuelles marches associées à l’événement. Des coulisses d’une télévision locale à une séance du Conseil national, en passant par la visite d’une centrale nucléaire ou la découverte de l’Art nouveau dans la ville de La Chaux-de-Fonds, le menu des activités est très varié, à consulter sur le site de Pro Senectute Arc jurassien.

Martine Bernier


Plus d'informations:


Evénements à venir:

Domigym, vous connaissez ?

Née de la fusion des mots « domicile » et « gymnastique », la domigym met l’exercice physique à la portée des personnes ne pouvant plus ou n’éprouvant plus l’envie de sortir de chez elles. « Le concept existe déjà dans l’Arc jurassien, explique Christine Besson, coordinatrice technique du secteur Mobilité de Pro Senectute Genève. Depuis quelques années, nous souhaitons le mettre en place dans notre canton. Il a fallu trouver le financement pour lancer un ballon d’essai, en collaboration avec imad (institution genevoise de maintien à domicile). Aujourd’hui, nous testons ces cours avec des personnes qui, au terme des dix séances offertes, rempliront un questionnaire de satisfaction. » Pratiquement, les sept participants profitent pendant dix semaines de l’expérience d’un moniteur leur rendant visite avec son matériel. La plupart des cours se déroulent en musique et en position assise, avec le support de ballons, de cerceaux, etc. Cette gymnastique douce a un but précis, indique sa responsable. « Ces exercices permettent de conserver une bonne mobilité et de ne pas être handicapé dans la vie quotidienne. Il faut pouvoir continuer de s’habiller, de prendre un objet sur une armoire, etc. Ces séances durent, en général, une heure. Nous avons l’espoir de donner envie à celles qui peuvent se déplacer de rejoindre un groupe de gymnastique ou, au moins, de sortir de chez elles pour aller jusqu’à la boîte aux lettres. » La période test se terminera en septembre. Si les bénéficiaires se disent satisfaits, Pro Senectute partira en quête de fonds pour poursuivre l’aventure.

0 Commentaire

Pour commenter