Comment éviter la maltraitance envers les seniors ?

©Istock

Un bon accompagnement protège des abus et de la violence faite aux aînés. Tel est en substance le message porté par la nouvelle campagne de Pro Senectute qui met en lumière un sujet sensible et encore tabou.

Pour la première fois, un rapport de la Confédération a évoqué le problème de la violence et des abus envers les seniors. Une situation alarmante si l’on en croit les chiffres qui sont cités : le nombre de cas a doublé, en Suisse, au cours de cette dernière décennie pour atteindre aujourd’hui 7400 par année. Et ce ne serait que la partie immergée de l’iceberg : selon l’OMS, seuls 4 % des cas sont déclarés. 

Pro Senectute est en première ligne face à ce fléau silencieux. Raison pour laquelle elle lance une campagne de prévention mettant l’accent sur le fait que l’accompagnement est un rempart contre la violence. Selon Alexander Widmer, responsable Innovation et Politique à Pro Senectute Suisse, en 2020, près de la moitié des cas signalés concernaient des infractions contre les biens. « Par rapport à d’autres délits tels que le harcèlement sexuel et la violence physique, on peut supposer que le sentiment de honte est moins fort et que les cas sont plus susceptibles d’être dénoncés. En outre, des formes plus subtiles comme la violence psychologique ou la négligence sont plus difficiles à appréhender ou bien les victimes ont plus de mal à se défendre. Comme le montrent les estimations du nombre de cas non signalés, ceux signalés ne reflètent pas la situation réelle. »

 

Les solutions existent

Avec l’âge, le besoin de soins augmente, ce qui peut amener l’environnement familial à ses limites. Mais le problème n’est pas inextricable. Des services de soins ciblés peuvent soulager les proches aidants et réduire ainsi le risque d’abus. Il est important que ces proches acceptent leurs limites à un stade précoce, sans faire passer leurs besoins au second plan. « Ici, poursuit Alexander Widmer, Pro Senectute offre non seulement une aide directe sous forme de services de soins concrets au domicile de la personne âgée, mais aussi une aide indirecte par le biais de conseils et d’informations pour les proches. La solitude, une mauvaise santé et de faibles ressources financières sont également des risques. 

De bons soins, un peu d’exercice et d’autres activités, comme celles proposées par Pro Senectute, sont utiles pour lutter contre la solitude et intégrer les seniors dans un environnement social, ce qui favorise le dépistage précoce. Malheureusement, le financement des soins à domicile n’est pas réglementé. Cela signifie que les personnes en situation pécuniaire difficile ne peuvent pas se permettre de bénéficier de ce soutien. »

 

A lire aussiEMS et coronavirus: sortir du traumatisme

 

Mesures et financement

Pro Senectute estime que, à court terme, le financement des soins à domicile par des prestations complémentaires serait judicieux. Il pourrait être accordé, en fonction des nécessités, aux personnes qui ne disposent pas de moyens suffisants. Une allocation de soins similaire à l’allocation pour impotent est également envisageable. Mais elle ne permettrait pas de couvrir les coûts, en particulier dans les cas où les besoins en soins sont importants, puisque l’aide serait fournie indépendamment des besoins financiers et que la contribution pour l’individu serait donc plutôt faible. Enfin, une assurance soins de longue durée serait imaginable, mais elle serait plus ardue à mettre en place et arriverait trop tard pour la génération des baby-boomers au taux de natalité élevé. 

La revalorisation des métiers dévolus à l’accompagnement et aux soins est, elle aussi, essentielle, ce qui n’a pas échappé à Pro Senectute : « La problématique de la pénurie de personnel dans le secteur des soins infirmiers est bien connue. D’une part, cela concerne la formation d’un personnel suffisant. C’est là que l’initiative populaire sur les soins infirmiers et le contre-projet indirect proposent des mesures. Il est extrêmement dommageable que de nombreux infirmiers quittent la profession après peu de temps. Malheureusement, le contre-projet ne prévoit rien à cet égard, alors que l’initiative sur les soins infirmiers recommande des améliorations des conditions de travail, de la rémunération et du développement professionnel. C’est la principale raison pour laquelle Pro Senectute soutient cette initiative. Il est regrettable que les soins et leur financement ne soient pas considérés, ici. Un effet positif d’une bonne prise en charge est qu’elle contrecarre les demandes excessives et réduit ainsi le risque d’abus dans le cadre professionnel. »

 

Martine Bernier-Péters

Les activités ont repris !

« Durant la période au cours de laquelle nous avons dû interrompre nos activités pour raisons sanitaires, nos participants nous ont écrit pour nous dire combien elles leur manquaient, sur le plan tant sportif que social : c’est dire combien ces activités comptaient dans leur quotidien. » C’est donc avec soulagement que Lucas Gigon, responsable du secteur cours et activités de Pro Senectute Arc jurassien a pu annoncer la reprise de toutes les activités, avec à peine un petit bémol : « Les participants doivent présenter un certificat Covid pour participer aux cours d’aquagym et à ceux organisés dans des fitness. »

En dehors de ces exceptions, tout est disponible sans restriction, qu’il s’agisse d’activités d’intérieur ou d’extérieur. Et les participants ont leurs préférences : « Parmi les sorties culturelles, la visite du Parlement fédéral et celle de l’aéroport de Zurich sont très appréciées. Au niveau sportif, les randonnées et les activités d’extérieur fonctionnent bien, tout comme les cours de gym équilibre, axés sur la prévention des chutes. »

Quels que soient ses goûts ou son âge, chacun peut trouver une activité qui correspond à ses envies dans le programme proposé, aussi varié qu’inattendu. La preuve ? Les utilisateurs ont de 64 ans à... 101 ans pour la doyenne des participants !

Plus d'informations sur le site internet de Prosenectute Arcjurassien

 

Pro Senectute œuvre pour accompagner nos aînés.
Vous pouvez leur apporter votre soutient financier:
CP 15-703233-7
IBAN CH67 0900 0000 1570 3233 7

 

 

 

0 Commentaire

Pour commenter