Quand la prostate amène du plaisir

©Istock

« J’ai lu que le plaisir prostatique pouvait être assez intense pour un homme. J’aimerais bien le proposer et accompagner mon mari dans cette découverte, comment s’y prendre ? » Marjolaine, 64 ans  

Parler des plaisirs prostatiques n’est pas toujours évident, tant cette glande est surtout présente dans notre imaginaire sous un angle médical et au travers des soucis qu’elle peut engendrer. Sans compter qu’elle se trouve et se stimule généralement (mais pas que) par un endroit encore tabou — le rectum. Cependant, il n’est jamais trop tard pour investir sa sexualité autrement, pour découvrir de nouvelles zones érogènes et des vagues de plaisir enveloppantes, d’une qualité et quantité différentes des orgasmes péniens ! C’est une belle preuve de confiance et d’intimité que de vouloir le proposer à votre partenaire.

 

Des émotions et des représentations mitigées

Comme pour toute pratique sexuelle, en parler au préalable est important, afin de cerner les éventuelles craintes, les besoins et les attentes de chaque personne face à cette pratique. Plusieurs représentations négatives peuvent venir en tête quand on pense plaisir prostatique : ce serait un plaisir « d’homosexuel », « contre-nature », qui demanderait d’être dans une position « humiliante », car « passive », et qui serait « sale »… Toutes les personnes ne partagent pas ces représentations, mais elles ont parfois encore la tête dure dans nos cultures judéo-chrétiennes. Or, pour que la découverte se passe bien, il faut de la curiosité, de l’envie et une certaine forme d’ouverture… et pas que d’esprit ! Pour que la volupté advienne, calme et douceur sont de mises lors de cet acte qui, dans le taoïsme, relève d’un massage sacré, d’un ars erotica, et qui permet aux hommes de se révéler aussi multiorgasmiques

 

A lire aussiAmour: comment sortir d’un scénario unique ?

 

Erotiser sa prostate

Mais avant cela, pour que les sensations soient au rendez-vous, il faut érotiser la prostate, apprendre à la ressentir. En effet, comme pour beaucoup de nos organes internes, notre cerveau trie les informations venant de ceux-ci, afin que nous ne soyons pas submergés. Ce développement des sensations peut prendre du temps et demander plusieurs essais… il ne faut pas se décourager trop vite ! Au début, on ne sent rien ou pas grand-chose. Certaines personnes préfèrent passer cette étape seules, d’autres avec leur partenaire, notamment en utilisant un sextoy spécialement conçu pour cela ou un doigt propre, à l’ongle court. Et, bien sûr, une bonne dose de lubrifiant ! Si l’on est gênés de toucher ou de se faire toucher et qu’un lavement (à l’eau) nous paraît trop compliqué à faire, il est possible d’utiliser des gants en latex.

 

Un doigté… connu ? 

Détente et mise en condition par des caresses, sur le corps et sur l’anus, sont un plus. Evitez de stimuler le pénis, au risque que les sensations de celui-ci prennent le dessus sur celles encore naissantes de la prostate. La manière de toucher cette zone, qui se trouve à deux phalanges environ côté ventral, est assez similaire à celle qui va donner du plaisir dans la « zone G ». Suivant comment vous vous connaissez, vous partez dès lors avec de bonnes compétences pour approcher la prostate de votre mari ! D’ailleurs, plusieurs hommes témoignent avoir mieux compris comment donner du plaisir à leurs partenaires après avoir découvert l’orgasme prostatique… Une pratique qui permettrait un plaisir sexuel plus égalitaire ? 

 

Romy Siegrist
Psychologue FSP, sexologue

Pour aller plus loin
Le Traité d’Anéros : disponible gratuitement en ligne 
Question Q : l’orgasme prostatique, émission du 26 mars 2021
Oser… l’orgasme prostatique — Pierre Des Esseintes — 2021, Editions La Musardine.

 

ET VOUS? POSEZ TOUTES VOS QUESTIONS !
Souci, plaisir ou nouvelle pratique, vous avez certainement des questions brûlantes à poser à notre experte. Rien de plus simple : rendez-vous sur www.generations-plus.ch/sexo et déposez votre message.

Ou écrivez-nous à
Générations, Rubrique Sexo, 
rue des Fontenailles 16,
1007 Lausanne

 

0 Commentaire

Pour commenter