Libidos désaccordées

©Istock

Depuis trois ans, ma partenaire refuse toute relation sexuelle. Pourtant, quand je l’ai connue, le sexe était important pour elle. Que faire ? Louis, 65 ans

La sexualité tient une place différente pour chaque personne, et elle a une coloration particulière — et évolutive — dans chaque relation. Pour de nombreuses personnes, le désir est plus fort et intense dans la période de séduction ou les premiers mois, et peut changer lorsque la relation prend de l’aplomb et qu’on est rassuré sur l’amour de l’autre. Pouvoir discuter et repenser ce qu’est la sexualité pour nous, et quelle place nous voulons lui donner en tant que personne et en tant que couple est essentiel, afin de trouver un accord harmonieux.

Pourquoi faire l’amour ?

Conscientiser ce qu’est la sexualité pour nous peut permettre de mieux entendre ce qu’elle représente pour l’autre. Est-ce l’envie de se sentir proche, connecté à l’autre ? Le besoin de se détendre, d’avoir du plaisir ? De partager un moment d’intimité ? Et pour votre partenaire ? Souvent, nous n’arrivons plus à nous accorder, car nous ne partageons pas les mêmes souhaits — et même si c’est le cas, pas les mêmes manières de les atteindre. Si l’on attend d’être touché par exemple avec tendresse, bienveillance, et pour le plaisir en soi de se toucher, sentir que l’autre tend vers un but bien précis peut être désagréable. L’inverse est aussi courant — être touché gentiment, presque de manière « familiale », alors qu’on attend un toucher érotique plus franc, affirmé et profond, peut éteindre tout désir.

Éveiller le désir

Le désir ne naît pas forcément d’un manque, mais d’une certaine distance et indépendance de et face à l’autre. Le désir est une forme de liberté, nourri notamment par la surprise, la valorisation de soi, l’autonomie. Lorsque le dialogue est difficile autour de ces sujets, pouvoir favoriser une intimité plus générale peut être utile : proposer des sorties, une nouvelle activité à découvrir ensemble ou, au contraire, s’octroyer du temps séparément sont des pistes. Il peut aussi être intéressant de questionner l’autre sur ce qui lui a plu chez nous. Dans le creux de ses réponses, entendre que telle attitude était plaisante, qu’une certaine manière de parler ou de se regarder était excitante… Puis jouer à renforcer ces côtés-là ! Par ailleurs, le désir a tendance à naître quand l’autre semble être dans son élément et « rayonne » : en somme, quand nous n’avons pas besoin de le « porter ».

Juste une mise au point

Si l’on peut vivre différents couples avec différents partenaires, on peut aussi, comme le mentionne la thérapeute de couple Esther Perel, vivre plusieurs couples avec la même personne, en trouvant de nouveaux consensus. La sexualité est importante pour vous, Louis. Il est légitime de vouloir en prendre soin. Pouvoir discuter ensemble de votre relation avec un ou une professionnelle peut être une clé. Si cela est également « refusé », mais que vous souhaitez rester ensemble, car vous êtes de bons compagnons de vie, penser que la sexualité n’appartient pas nécessairement au domaine du couple peut vous aider à entrevoir d’autres possibilités — à discuter ensemble.

 

Pour aller plus loin : L’intelligence érotique (titre original : Mating in captivity) de Esther Perel, Editions Robert Laffont

 

POSEZ TOUTES VOS QUESTIONS!

Souci, plaisir ou nouvelle pratique, vous avez certainement des questions brûlantes à poser à notre experte. Rien de plus simple : rendez-vous sur www.generations-plus.ch/sexo et déposez votre message.

Ou écrivez-nous à :
Générations, Rubrique Sexo,
Rue des Fontenailles 16,
1007 Lausanne.

 

Romy Siegrist
Psychologue FSP, sexologue - Centre SexopraxiS

0 Commentaire

Pour commenter