Le plaisir sexuel n’a pas d’âge

©Istock

Veuve, j’ai découvert que j’arrivais à avoir des orgasmes très facilement grâce à un « vibrator ».  Suis-je « normale vu mon âge ? Fernande, 84 ans

En matière de sexualité, plusieurs idées sont bien ancrées, et de nombreux tabous persistent. La culture chrétienne, mais aussi une certaine éducation axée davantage sur la prévention des risques notamment de grossesse font qu’on lie cette activité principalement à une fonction reproductive. Dans ce contexte, tant les plaisirs solitaires que la sexualité à un âge avancé sont perçus comme étranges, honteux, « anormaux ». Et, cela, d’autant plus si l’on est une femme ! Pourtant, de nombreuses femmes découvrent le plaisir une fois ménopausées et libérées de ces questions de fertilité. Certaines ont leur premier orgasme à 70 ans ou plus, et il n’est pas rare que les sex-toys soient de la partie dans cette expérience.

Les risques éventuels

L’utilisation d’un sex-toy demande quelques précautions, notamment en matière d’hygiène : bien nettoyer au savon doux le jouet entre chaque utilisation. Cependant, évitez de passer de la zone anale à la zone vulvaire, afin de prévenir d’éventuelles irritations et des infections. De plus, choisir un sex-toy aux normes européennes permet de limiter la présence de substances nocives pour la santé (comme les phtalates ou le bisphénol A). Au-delà de ça, si le corps réagit bien, il est temps de s’amuser et de se donner du plaisir ! Les sex-toys peuvent être une aide précieuse à un âge où la stimulation a souvent besoin d’être plus forte, plus intense, pour mener à l’orgasme. Cela permet aussi de créer de nouvelles connexions nerveuses, et d’entretenir une bonne santé sexuelle. Une étude de l’IFOP, en 2017, mentionnait que plus d’une personne de 60 ans et plus sur deux avaient déjà utilisé un sex-toy... A noter que cette étude n’a questionné que des personnes jusqu’à 69 ans : l’âgisme est aussi à l’œuvre dans les recherches ! Par ailleurs, les modèles auxquels s’identifier manquent, et nous ne pouvons que comprendre votre crainte d’être « anormale ». Heureusement, les choses évoluent, et certaines personnes, comme Jane Fonda — qui a 82 ans — parlent plus volontiers de leurs expériences.

C’est bon pour le moral, c’est bon bon

Le sexe, c’est bon tant pour la santé mentale que physique, et à tout âge ! En termes d’énergie, faire l’amour ou avoir un orgasme équivaut grosso modo à monter deux étages à pieds, ce qui fait que c’est une activité à la portée de quasiment tout le monde, même en cas de troubles cardiovasculaires. A noter que l’épectase — la mort au moment de l’orgasme — est très rare. De plus, dopamine, endorphines et ocytocine sont autant de substances favorisant la sensation de plaisir, d’apaisement et de bien-être qui sont produites par le plaisir sexuel. Un geste sain, simple, gratuit, à portée de main… Profitez-en !

Bel été à tous.
                                    

Romy Siegrist
Psychologue FSP, sexologue — Centre SexopraxiS

 

 

Pour aller plus loin dans le sujet :

- Série Grace et Frankie, avec Jane Fonda disponible sur Netflix
- Article de Générations de juin 2017, interview de Francesco Bianchi-Demicheli
- Article du Journal de Montréal, 7 mars 2020 : Sexualité, plaisir et vieillissement

 

0 Commentaire

Pour commenter