Est-ce raisonnable de s’autoriser à prendre du plaisir, quand on a vingt ans d’écart ?

@Istock

J’ai vécu deux relations avec des hommes bien plus âgés que moi, ce qui était stimulant. Veuve, mon désir sexuel ne s’est pas éteint. Et je viens de rencontrer un homme, cinquantenaire, avec lequel je m’entends plus que bien. Juliette, 76 ans

Les belles rencontres ont cela de commun qu’elles viennent bouleverser quelque chose en nous, que ce soit des schémas que l’on a connus, des attentes, une routine ou des espoirs. S’autoriser à vivre une relation qui nous déstabilise, par exemple à cause du regard que les autres peuvent avoir sur celle-ci ou parce qu’elle vient réactiver certaines de nos craintes (Est-ce que je vais réussir à prendre et à donner du plaisir ? Est-ce égoïste ? Et si je m’attachais trop ?…) prend certes une certaine énergie, mais les moments partagés peuvent nous en donner encore plus ! Le plaisir et le désir n’ont pas d’âge, quand les cœurs et les corps battent à l’unisson.

 

Se mettre au diapason 

Qu’il y ait une différence d’âge ou non, prendre conscience de ses besoins, de ses attentes et de ses envies ne peut être que salutaire dans une relation, quelle que soit sa forme (par exemple romantique, érotique et ou sexuelle). Qu’aimeriez-vous vivre ? Que souhaiteriez-vous ressentir ? Cela permet de pouvoir se positionner face à l’autre et avec l’autre, de se mettre d’accord sur les tenants et les aboutissants souhaités. Comme l’imprévu est toujours de mise, se proposer des petits moments « météo relationnelle » régulièrement permet de s’ajuster en conséquence et de vivre une relation la plus respectueuse et épanouissante possible.

 

A lire aussiL’orientation sexuelle peut-elle évoluer ?

 

Bien sûr que la différence d’âge peut amener d’autres questions, notamment au niveau sexuel : jusqu’à quand est-ce que « ça va marcher » ? Et si je commençais à avoir moins envie ou perdre de la souplesse ? Est-ce que cette relation va être satisfaisante pour nous deux ? Ce sont des questionnements légitimes, et penser plus loin que le bout de son nez permet souvent de s’adapter. La bonne nouvelle est, pour ce qui est de la sexualité, le combo femme désirante plus âgée et homme désirant plus jeune marche généralement très bien ! Cela dit, écouter ce que son corps, son sexe et son cœur disent sur le moment est aussi important. L’avenir est toujours incertain, mais le moment présent à portée de main…

 

« Pour ne pas mourir trop plein de désir : profite »

Combien de personnes se sentent revivre, pleinement exister grâce à une relation amoureuse ou érotique ! Pour beaucoup, c’est comme un cadeau inattendu ou inespéré. Je ne pensais pas que cela pouvait encore m’arriver. Une fois les craintes « morales » balayées (Y ai-je encore le droit ? Suis-je normale ?) et l’acceptation qu’aucune relation n’est garantie ad vitam æternam, nombreuses sont celles qui choisissent de saisir la chance qui se présente, et tant pis pour les envieux ou les juges… A 20, 50 ou 80 ans, il y en aura toujours qui auront quelque chose à redire. Mais, comme le rapporte le personnage de Cali dans la chanson Roberta, au sujet d’une femme qui a 82 ans : « Elle me dit qu’elle n’a plus le temps d’être raisonnable et elle prend mes joues entre ses mains et mes lèvres pour du bon pain. » Alors, si tous les signaux sont positifs, si vous trouvez réponses à vos questions et à vos craintes… savourez !

 

 

Romy Siegrist
Psychologue FSP, sexologue

0 Commentaire

Pour commenter