Du porno aux pornographies

©Istock

Devenu très - trop - facile d’accès par internet (qui paie pour regarder ?), le porno fait encore et toujours beaucoup parler de lui, que ce soit pour le diaboliser ou, au contraire, le banaliser. Et s’il y avait un entre-deux possible?

Lorsqu’on parle de porno, on pense avant tout aux vidéos de porno dit « mainstream », souvent filmées par des hommes pour des hommes, avec un script bien défini (sexe oral, puis pénétration, puis éjaculation). Si cela peut provoquer une excitation sexuelle réflexe, cela ne stimule pas beaucoup l’imagination et, au final, apporte peu de surprises, voire peu de satisfaction — même si sur des sites standard des catégories comme « massages », « long métrage », « avec scénario » ou « pour femmes » peuvent amener un peu de diversité. La pornographie est en soi un art, qui peut être écrit, filmé, dessiné, chuchoté. Ses artisans sont de plus en plus nombreux — cela vaut la peine de se donner les moyens de les découvrir, et d’explorer.

Porno alternatif, féminin et féministe ?

Du porno réalisé par des femmes, ça existe : Ovidie et Erika Lust sont deux grands noms. L’esthétique et la rythmicité sont souvent différentes du porno masculin standard, avec plus de place donnée à l’ambiance, à la narration et aux pratiques autres que celle du marteau piqueur (comme dirait Renaud, « Laisse béton »). Cela ne veut pas dire que c’est forcément davantage « soft » ! Plus centré sur le plaisir et le désir, sur la diversité des corps ainsi que sur la connexion entre les partenaires – inspiré du style « porno amateur », ce genre de pornographie convient souvent mieux aux femmes que le porno « mainstream ». Comme tout travail mérite salaire, si certains films sont disponibles gratuitement pour donner un avant-goût, la plupart du temps, ils sont payants. L’avantage étant que l’on soutient des productions plus éthiques et respectueuses du consentement et du travail de chacun et de chacune.

J’suis l’pornographe du phonographe

Par ailleurs, depuis quelques années, les podcasts en tous genres fleurissent. Comme la règle du net est « tout ce qui existe, existe en version porno », il existe évidemment des podcasts érotiques, voire pornographiques ! Utile si notre vue baisse, pour stimuler d’autres sens, notre imagination, ne pas avoir à garder la tête dans une direction… Le porno audio a de beaux atours, tout en étant souvent gratuit. Vous pouvez, par exemple, aller faire un tour du côté de chez Voxxx, ou Ctrl-X si vous êtes plus littéraires…
ww.sexopraxis.ch


Participez à notre événement du 26 mars prochain au centre SexopraxiS

Pour en savoir plus, rendez-vous sur notre page web

A découvrir également :

• Beautifulagony.com – pour voir juste les visages du plaisir

• labibliothequedesorgasmes.fr – pour entendre les voix du plaisir

• L’émission Erotika – lectures érotiques par Carine
Delfini, sur Option Musique, à 23 heures, les vendredis. Replays disponibles en ligne.

Romy Siegrist

 

0 Commentaire

Pour commenter