Retrouver le sourire sans perlèche

Retrouver le sourire grâce aux conseils avisés d'un spécialiste. © E.Arkhipov

«J'ai des fissures chroniques aux commissures des lèvres. J'ai essayé plusieurs traitements, parmi lesquels une pommade pour bébé. Sans succès. C'est douloureux et peu esthétique.     

Monique, Ollon (VD), 68 ans

La chronicité des lésions de Monique et leur résistance aux traitements justifient impérativement une consultation médicale qui permettra de confirmer le diagnostic. Ces symptômes évoquent néanmoins une perlèche infectieuse. 

Les agents infectieux sont le plus souvent, soit d'origine mycosique (candida albicans), soit d'origine bactérienne. Dans le premier cas, une crème antifongique est indiquée et dans le second cas, on aura recours à une crème antibiotique. 

Quelles sont les causes probables d’un tel désagrément? Un appareil dentaire mal adapté ou mal nettoyé peut être à l’origine des traumatismes ayant provoqué des lésions favorables à la pénétration des germes. Des carences en fer et vitamines B peuvent également s’avérer des facteurs favorisants. Une supplémentation peut être envisagée selon les cas. De plus, les antibiotiques en modifiant la flore buccale, et les corticoïdes par leur action immunosuppressive peuvent aussi être responsables d’une perlèche infectieuse.

Aussi des solutions naturelles

Des solutions alternatives aux traitements médicaux (antibiotiques et antifongiques) existent, mais elles sont réservées à des atteintes légères et récentes. Par ailleurs, elles ne donnent pas toujours des résultats très probants. 

Dans le cas de fissures modérées des lèvres, un premier traitement peut être initié avec l'application de crèmes à double action antibactérienne et réparatrice. Citons, par exemple, Cicalfate® d’Avène ou Cicaplast® de La Roche Posay.

Parmi les thérapies naturelles, certaines huiles essentielles sont pourvues de remarquables propriétés antibactériennes et antifongiques. C'est le cas des huiles essentielles de tea tree (Melaleuca alternifolia), de laurier noble (Laurus nobilis), de palmarosa (Cymbopogon martinii), de thym vulgaire à thujanol (Thymus vulgaris thuyanol) ou de géranium rosat (Pelargonium asperum).

Une ou plusieurs de ces huiles peuvent être mélangées à une concentration de 5% à un excipient gras, type vaseline, et appliquées trois fois par jour aux commissures des lèvres. N’hésitez pas, surtout, à demander conseil à votre pharmacien sur les contre-indications éventuelles et les précautions d'emploi.

En homéopathie, Condurango est la souche de choix dans le traitement de la perlèche. Bonne guérison!

Stéphane Bardy
Pharmacien 

(Paru dans l’édition du mois de juin 2011)   

 

 

 

 

1 Commentaire

Pour commenter

J'ai eu ça aussi, avec également des coudes rêches, le cuir chevelu qui démange, les ongles des pieds qui se décollent, pendant 10 ans je me suis soignée contre une prétendue mycose, alors qu'il s'est avéré récemment que ce n'était qu'un manque de biotine (vitamine B8)! Depuis que je complète cette carence par la voie orale, je n'ai plus aucun symptôme, une belle peau lisse, des cheveux sains, etc.