Prothèse du genou: pourquoi attendre ?

Prothèse du genou: pourquoi attendre ?

Prothèse sur mesure grâce à la 3D ©DR

On l’entend souvent : la pose d’une prothèse totale du genou doit être pratiquée le plus tard possible. Pas d’accord, disent deux spécialistes qui jugent cette règle désuète et donnent la priorité à la qualité de vie des patients.

Plus de 17 000 prothèses du genou sont réalisées chaque année en Suisse. D’ici à dix ans, ce nombre devrait doubler en raison du vieillissement de la population et de l’augmentation des cas d’obésité. 

Tenant compte de la durée de vie d’une prothèse, entre quinze et vingt ans, il est généralement conseillé de ne pas procéder à cette intervention avant l’âge de 60 ans. Cette recommandation figure, entre autres, dans les publications de la Ligue suisse contre le rhumatisme. Mais les douleurs liées à l’arthrose et la dégradation du cartilage se manifestent souvent bien plus tôt, handicapant des patients à qui l’on demande d’attendre encore longtemps avant de pouvoir bénéficier d’une prothèse.

Edition abonnés

Edition abonnés

L'accès à la totalité de l'article est protégé.

Déjà abonné?

Gérez votre abonnement

Devenez abonné pour accéder à cet article

  • 30% de reduction en vous abonnant en ligne
  • des tarifs préférentiels dans la boutique et voyages
  • des centaines de billets offerts chaque mois

Abonnez-vous