Pierre Moser 74 ans, proche aidant

Le réseau amical de Pierre, époux et désormais aidant d'Antoinette, est une source de réconfort.

« C’est du non-stop quand je suis avec ma femme. Et c’est conflictuel »

« Quand on m’a confirmé que mon épouse de 63 ans souffrait de la maladie d’Alzheimer, j’ai eu l’impression qu’une catastrophe nous tombait dessus. Une malédiction. D’autant plus que nous avions déjà été secoués, quelques années plus tôt, par mon cancer de la prostate. Pourquoi nous ? Ma femme venait de prendre une retraite anticipée du home où elle avait travaillé comme aide-soignante et où elle s’était beaucoup occupée de personnes atteintes d’alzheimer. Passé le choc de l’annonce, j’ai bien dû admettre que je devrais faire avec … Alors, je me suis renseigné le plus possible sur cette maladie. J’ai contacté des associations dans le canton de Neuchâtel, j’ai lu toutes sortes d’articles. L’état de ma femme s’est vite dégradé, et mon rôle d’époux peu à peu transformé en surveillant, en auxiliaire de vie. Antoinette ne sait plus se laver, s’habiller, se faire à manger, s’occuper seule ... Elle a une relation difficile avec nos petits-enfants, se mêle des conversations des tables voisines, si on mange au restaurant. C’est du non-stop quand je suis avec elle. Et c’est conflictuel, car je suis celui qui l’empêche de faire ce qu’elle veut, comme elle veut. J’ai dû installer une barrière dans notre maison pour l’empêcher de monter à l’étage où elle retourne tout. Et puis, je ne sais pas ce qu’elle ressent. Ni si elle souffre quand elle pose ses doigts sur ses tempes ou si elle a du plaisir à manger ce que je cuisine pour elle. J’ai pris contact avec un accueil de jour où j’ai rencontré des professionnels très à notre écoute. J’y déposais d’abord ma femme une fois par semaine, on est passé à cinq fois par semaine et, maintenant, d’entente avec mes enfants, j’envisage qu’elle s’y installe complètement. Heureusement, j’ai un bon réseau relationnel. Je sais que, si j’ai besoin de souffler, je peux aussi compter sur mes amis. »

0 Commentaire

Pour commenter