Maudites crampes nocturnes

 « Une activité physique régulière et une alimentation adaptée exercent un effet protecteur » ©Istock

Nous avons presque tous ressenti cette douleur brutale dans les jambes qui nous réveille en sursaut et nous fait bondir du lit. Anodine, la crampe ? Pas tant que cela, surtout chez les seniors. Petit tour de la question avec un spécialiste.

Bien connues des jeunes sportifs qui oublient de pratiquer un échauffement avant une activité physique intense, les crampes touchent également une population âgée, surtout la nuit. De prime abord banales, les crampes à répétition finissent par perturber sérieusement le sommeil et la qualité de vie des personnes qui en souffrent. « C’est un sujet de plainte qui revient régulièrement dans notre consultation ambulatoire », remarque le Dr Jean Dumur, médecin chef de clinique au Service de gériatrie du CHUV. « Les causes des crampes nocturnes sont multifactorielles. Au nombre des plus fréquentes figurent la déshydratation, la sédentarité ainsi que diverses carences alimentaires. Les crampes peuvent également résulter des effets secondaires de certains médicaments ou être la conséquence d’une maladie. » Dans certains cas, le phénomène peut nécessiter des investigations médicales poussées. Mais il suffit souvent à la personne victime de crampes de suivre des recommandations simples pour régler le problème. 

Bananes et abricots

« Une activité physique régulière exerce un effet protecteur, explique le médecin. Mais attention tout de même : si un patient peu habitué aux efforts physiques se lance soudain dans une grande randonnée en montagne sans préparation préa-lable, il court le risque de souffrir de crampes. »
Il faut absolument éviter la déshydratation. Or, plus on avance en âge, moins on ressent le besoin de boire. Jean Dumur insiste : « Boire en suffisance est indispensable pour éliminer les toxines qui s’accumulent au niveau des muscles. Il est préférable d’éviter des boissons excitantes comme le café ou le thé et l’alcool, qui contribuent à la déshydratation de l’organisme. Quant aux laxatifs et aux diurétiques, ils peuvent eux aussi provoquer une perte d’eau et d’électrolytes, comme le sodium, le potassium et le calcium. »

 

« Boire suffisamment est indispensable pour éliminer les toxines » Dr. Jean Dumur 

Autre point important : l’alimentation. Pour jouer son rôle dans le bon fonctionnement des muscles, elle doit être variée, riche en fibres et en oligo-éléments. Le manque de calcium, de magnésium, de sodium ou de potassium peut générer des crampes. En cas de doute, une analyse du sang permet de déceler d’éventuelles carences. Mais il n’est pas toujours nécessaire d’avaler des compléments alimentaires sous forme de gélules ou de comprimés : « Pour avoir une alimentation riche en potassium, conseille le médecin, il faut privilégier les fruits crus, en particulier la banane, l’avocat et l’abricot. Sont recommandés aussi les fruits secs ainsi que les oléagineux : amandes, noisettes, noix et cacahuètes. L’abricot et les dattes sont particulièrement riches en magnésium. Les fruits de mer, eux, regorgent de magnésium et de sodium. Enfin, certaines eaux minérales permettent de bénéficier d’un apport en magnésium ou en calcium. » 
Des jambes « sans repos »

 

A lire aussiArthrose : osez la piqûre !

 

Parfois l’hygiène de vie ne suffit pas. Certains médicaments peuvent provoquer des crampes. C’est le cas des diurétiques prescrits dans l’insuffisance cardiaque et contre l’hypertension artérielle, qui peuvent majorer la déshydratation. Des statines prescrites pour abaisser le taux de cholestérol sont également connues pour générer des crampes. « Il ne faut pas pour autant renoncer à prendre des statines sans avis médical, relève le Dr Dumur. En effet, il se peut qu’un autre médicament de la même famille des statines soit mieux toléré. » De nombreuses pathologies, dont le diabète, l’hyperthyroïdie et la maladie de Parkinson sont susceptibles d’induire des crampes. Il faut citer aussi le cas classique des insuffisances veineuses pour lesquelles il est conseillé de surélever le matelas au niveau des jambes afin de faciliter la circulation du sang pendant la nuit. La journée, le port de bas de contention est recommandé.

Il arrive que des douleurs se produisent la nuit dans les membres inférieurs sans qu’il s’agisse de crampes musculaires. « On parle alors du syndrome des jambes sans repos, commente le médecin. La personne ressent des sensations douloureuses et anormales, des fourmillements et des tiraillements. Elle n’est soulagée que quand elle bouge les jambes, ce qui affecte la qualité de son sommeil. Ce syndrome, dont les causes restent mal connues, est probablement d’origine neuronale et peut être traité avec des médicaments spécifiques. »

Marlyse Tschui

0 Commentaire

Pour commenter