La toubib qui déteste la course à pied

©Simon Lambert

Adepte du yoga, économiste et médecin de formation, Bernadette de Gasquet tire à boulets rouges sur une pratique qui fait plus de mal qu’on veut bien le dire. Avant de livrer ses solutions.

A 74 ans, elle parle d’une voix toute douce, mais ne vous y fiez pas. Quand elle tient un os, la Dr Bernadette de Gasquet ne mâche pas ses mots. Après Abdominaux, arrêtez le massacre, elle publie, ces jours, J’aime pas courir — Mon guide pour bouger sans m’abîmer*. Evidemment, diront certains, elle a trouvé un truc marketing pour mieux encenser par la suite son activité fétiche, le yoga. Pas seulement, dirons-nous : dans cet ouvrage, l’auteure décrit par le détail les méfaits du jogging, et c’est plutôt édifiant.

Evoquant un phénomène de mode soutenu par les équipementiers, le running, elle compare d’emblée une majorité de coureurs à des drogués qui cherchent avant tout à bénéficier des endorphines et à ses effets comparables à ceux de la morphine. Du bien-être artificiel donc et, par conséquent, un effet de manque chez ceux qui doivent arrêter pour cause de blessure, de maternité. « Ne plus pouvoir courir est vécu comme une amputation », affirme-t-elle.

Quant à ceux qui cherchent d’abord à perdre du poids, ils se trompent lourdement. D’abord, il n’y aura pas de résultat sur la balance, mais le risque de blessures, par exemple aux articulations, est réel. La marche ou le simple fait de bouger sont bien plus bénéfiques.

Peu avare de ses efforts, Bernadette de Gasquet — qui a été mandatée entre autres par la Fédération française de gym pour trouver des exercices contre les maux de dos de ses athlètes — reprend son réquisitoire.

N’en jetez plus !

Pêle-mêle, elle note que courir n’est pas une activité naturelle chez l’être humain à l’âge adulte ainsi que chez de nombreux animaux et que c’est violent pour les poumons, le cœur, les pieds, les genoux, le périnée. Gare aux fuites urinaires et aux diverses irritations!

Bon et alors, on fait quoi ? Notre auteure conseille évidemment une alternative yoga, mais pas seulement. Elle reconnaît, au passage, que sa pratique est aujourd’hui « une jungle depuis qu’elle est, elle aussi, à la mode ». Comment s’y retrouver parmi cette multitude de techniques proposées et ces instructeurs qui surgissent de partout. « Il faut vraiment regarder de près, s’intéresser au parcours de l’enseignant et se renseigner un maximum », insiste Bernadette de Gasquet.

Qui, dans son ouvrage, conseille également des activités à portée de tous, comme la danse ou le hula hoop — « ça revient à la mode » —, la marche, le vélo, la gym chez soi, la vie quotidienne ou le jardinage. A chaque fois, avec des conseils et des illustrations pour accomplir les bons gestes et éviter les erreurs qui peuvent blesser. Bref, chacun devrait pouvoir trouver son bonheur dans J’aime pas courir. A l’exception bien sûr des adeptes de la course à pied.

 

J.-M.R.

 


À lire : J'aime pas courrir - Mon guide pour bouger sans s'abîmer - Éditions du Rocher 

 

0 Commentaire

Pour commenter