Gare à l’insolation !

©Istock

Nous avons tous envie de soleil. Attention cependant : il est capable de nous réserver de très désagréables surprises, pourtant faciles à éviter. En tête de liste : le coup de chaleur.

L’été, la chaleur, le petit rosé bien frais et les repas conviviaux sur les terrasses fleuries... un vrai bonheur ! Sauf que... lorsque le soleil de midi darde ses rayons sur des crânes, même chevelus mais dépourvus de couvre-chefs, personne n’est à l’abri d’un coup de chaleur, surtout si vous faites partie des malchanceux qui n’ont pas trouvé de place sous le parasol sorti pour l’occasion. Si l’un des convives s’écroule sur la table, appelez les secours sans tarder. Plus l’exposition au soleil aura été longue, plus l’insolation est susceptible d’être grave. 

Parmi les multiples symptômes qu’elle provoque, elle va augmenter la température du corps. Une fois en état d’hyperthermie, votre organisme ne peut plus réguler sa température interne et la maintenir à environ 37°C comme il devrait le faire. Au-delà de 40°C, les risques sont très sérieux et nécessitent l’intervention rapide d’un médecin. En l’attendant, tout doit être entrepris pour faire baisser la température de la personne atteinte, qui doit être placée à l’ombre, si possible dans une pièce climatisée, rafraîchie avec des compresses d’eau, et réhydratée si elle est en état de boire. 

N’imaginez pas que les coups de chaleur ne vous guettent que si vous êtes en plein soleil sur une plage ou en terrain découvert. Se trouver dans un véhicule resté au soleil ou dans une chambre surchauffée sous les toits est tout aussi dangereux, tout comme peut l’être le fait de pratiquer une activité physique intense durant les heures chaudes. Les personnes vulnérables doivent plus que les autres être surveillées, comme le relève le professeur Christophe Büla, chef du Service de gériatrie au CHUV : « Il est plus question d’état de santé que d’âge, mais dès 80-85 ans, la plupart des personnes entrent dans la catégorie dite fragile. La sensation de la soif disparaît, et les mécanismes qui permettent à l’organisme de se défendre contre la chaleur s’altèrent, particulièrement chez les personnes dépendantes, ou qui souffrent de troublent cognitifs. »

 

Comment se préserver ?

A la belle saison, qu’elles fassent du jardinage ou jouent au tennis, les mêmes personnes qui pensent à prendre un parapluie quand la pluie est annoncée peuvent négliger de respecter des limites prudentes lorsque le soleil s’installe. Personne n’est à l’abri des conséquences de la chaleur. Plus nous avons chaud, plus nous transpirons. Et plus la transpiration est abondante, plus elle peut mener à la déshydratation. La soif est généralement le premier symptôme du coup de chaleur, suivie par la perte d’appétit, des maux de tête, de la pâleur, des étourdissements, des douleurs musculaires, nausées, vomissements... Si vous avez été atteints et que vous vous êtes remis de l’insolation, restez prudents : retourner au soleil pendant une période prolongée, même de nombreuses heures plus tard, peut parfois provoquer une rechute.

 

Si facile à éviter...

Lorsqu’un météorologue annonce qu’il va faire très chaud, il est rare qu’il se trompe. Mieux vaut donc l’écouter et éviter de prévoir de repeindre la façade de la maison à ce moment-là. Pendant les heures de forts rayonnements, entre 13 et 16 heures, choisissez des activités douces, si possible à l’ombre ou dans un endroit frais. Optez pour des vêtements de couleur claire qui vont réfléchir la chaleur et adoptez un chapeau à larges bords finement ajourés afin de vous protéger aussi la nuque, la tête et le cou. Et, bien sûr, prévoyez dans votre sac une bouteille d’eau pour vous hydrater, un éventail, une crème solaire et des lunettes de soleil. Utiliser un brumisateur aidera également à vous maintenir à la bonne température. Des précautions simples qui devraient contribuer à vous faire passer un été sans nuages ! 

 

Martine Bernier

0 Commentaire

Pour commenter