Et si on opérait « à cœur fermé » ?

Changer une valve aortique sans ouvrir le thorax, avec moins de risques, c’est possible depuis plus de dix ans. Et, désormais, l’intervention n’est plus réservée aux cas sévères et aux plus âgés.

Edition abonnés

Edition abonnés

L'accès à la totalité de l'article est protégé.

Déjà abonné?

Gérez votre abonnement

Devenez abonné pour accéder à cet article

  • 30% de reduction en vous abonnant en ligne
  • des tarifs préférentiels dans la boutique et voyages
  • des centaines de billets offerts chaque mois

Abonnez-vous