La face cachée de vos ongles

Sophie Goettmann - Dermatologue et chirurgienne à Paris ©DR

Dermatologue et chirurgienne à Paris, Sophie Goettmann est une sommité dans ce domaine si particulier. Elle publie un premier livre passionnant sur ces plaques de kératine inertes, l’occasion d’approfondir vos connaissances en dix points.

1. Les pouvoirs cachés de l’ongle

De tout temps, il a fasciné. Même si, jusqu’au XVIIe siècle, on hésite entre un ou une ongle ! Quoi qu’il en soit, on a prêté de nombreuses vertus aux rognures. Au Moyen Age, les jeunes filles portaient celles de leur prétendant en pendentif pour le contraindre au mariage. Ailleurs, on en avalait réduits en poudre pour stopper les vomissements !

 

 2. Quand se couper les ongles ?

La question n’a pas toujours été saugrenue. Un témoignage du Xe siècle indique que les Perses, les Indiens et les Egyptiens se coupaient cheveux et ongles sur leurs embarcations pour « obtenir un calme plat de la mer ». En Amérique, le journal The Boston Globe recommandait, en 1889, de s’abstenir les vendredis, samedis et dimanches, pour que, la semaine suivante, ne soit pas placée sous le signe de la malchance.

 

3. Ongle de cristal

Le théologien français Jean-Baptiste Thiers (1636 - 1703) rapporte que, pour voir le visage d’un assassin, il fallait « ôter l’ongle d’un enfant en le raclant au couteau jusqu’à la chair, l’enduire d’huile d’olive ou de noix teintée par du noir ou de la suie de cheminée en forme de miroir ou de quelque autre chose resplendissante… ». Cela dit, un traité de chiromancie médicinale (1665) expliquait que les petites taches blanches sur les ongles annonçaient des événements heureux, les grises et les noires des malheurs, les jaunes étaient des signes de mort ou de maladie.

 

4. Quand ça pousse

Ces petites plaques grandissent sans interruption, on a d’ailleurs vu des horreurs, comme cette Américaine qui ne s’est pas coupé les ongles pendant trente ans pour figurer dans le Livre des records ! A noter que la repousse est trois fois plus rapide pour les doigts que pour un orteil (3 mm contre 1 par mois). Il faut compter entre quatre à six mois pour un renouvellement complet des ongles des mains. Enfin, la vitesse de

croissance diminue avec l’âge. A noter encore que le coupe-ongles a été inventé aux Etats-Unis à la fin du XIXe siècle, jusque-là, on utilisait le couteau.

5. La queue du lion

On saute du coq à l’âne ? Du tout. Chacun d’entre nous a déjà pu voir que le lion chasse les mouches avec sa queue ou plutôt avec la touffe de poils qui est à son extrémité. La raison en est simple. Dans cette « pelote » se cache en effet un ongle !

 

 

 

 

6. Un peu de vernis ?

Trois mille ans avant notre ère, les Chinoises se coloraient déjà les ongles. Les Egyptiens les polissaient et les pigmentaient avec du henné. Au XIIIe siècle, les Incas  dessinaient des oiseaux. En Europe, au XVIIe, les dames les limaient et les lustraient avec une peau de chamois ou une peau en cuir. Mais c’est en 1920 seulement que fut créé le premier vernis, inspiré de la peinture automobile.

 

A lire aussi : Les cinq gestes indispensables à sa peau

 

7. Les premiers faux

Il faudra attendre les années 1950 pour qu’apparaissent les faux ongles purement « esthétiques ». Il en existait depuis deux décennies, mais réservés aux personnes se rongeant leurs extrémités. Autre moment fort, le défilé Chanel de l’hiver 2009 où les mannequins défilaient avec des « griffes » vert jade comme l’avait décidé leur maître Karl Lagerfeld : à partir de là, la gamme des couleurs a littéralement explosé.

 

8. Inégalité hommes-femmes

A en croire la Dr Sophie Goettmann, les hommes se plaignent peu de leurs ongles, alors que 30 % des femmes environ en font un sujet de préoccupation. Il faut dire que les premiers ne les coupent et ne les colorent pas. Par ailleurs, le ciment permettant l’assemblage des cellules de l’ongle est de meilleure qualité chez les messieurs. « Bref, de bons arguments pour leur demander de faire la vaisselle ou d’éplucher les légumes. »

 

9.  Bons conseils

Il faut souffrir pour être beau. Mais on peut aussi le faire sans exagération. Parmi tous les bons conseils inventoriés dans cet ouvrage, on peut en retenir quelques-uns : gardez les ongles à une longueur raisonnable; méfiez-vous des eaux ménagères (portez des gants), protégez vos mains quand la température baisse et évitez ainsi leur dessèchement; limitez les manucures et faites un bon usage des cosmétiques, comme porter un vernis cinq jours sur sept pour conserver
l’hydratation des ongles.  

 

10. Ce qu’il dit de votre santé

La spécialiste évoque aussi toutes les maladies qui peuvent toucher nos ongles. On vous laissera les découvrir. Elle montre également à quel point ils peuvent être un indicateur d’alerte pour notre organisme. Par exemple, si vous manquez d’oxygène, ils deviendront bleutés comme vos lèvres, alors que, en cas d’anémie, ils seront colorés.

 

 

J.-M.R.

 

 

 

Vos ongles, tout un monde — Embellir prévenir guérir,
Editions Actes Sud

 

 

 

0 Commentaire

Pour commenter