Le Téflon, revêtement miracle ou danger sanitaire ? 

©Istock/DR

Les poêles constituées de ce matériau soufflent le chaud et le froid depuis quelques années. En cause, le polymère dont elles sont constituées. Petit point sur la situation. 

Le Téflon, qu’est-ce que c’est ? 

Il n’y a presque plus besoin de le présenter, tant il est fréquent dans nos cuisines. Mais oui, vous savez,ce revêtement noir qui évite de retrouver ses œufs sur le plat ou son steak scotchés au fond de la poêle ! L’antiadhésivité, telle est précisément la qualité première du polytétrafluoroéthylène (PTFE), nom scientifique du Téflon. Grâce au polymère thermoplastique dont il  est constitué, exit le surplus de matière grasse, tout comme les fastidieuses séances de récurage d’après la cuisson.     
 

Une invention accidentelle… 

L’histoire de ce polymère nous fait remonter en 1938. A cette époque, un jeune chimiste employé par la société américaine DuPont travaillait sur un nouveau réfrigérant. Lors de ses expérimentations, il a obtenu, par le plus grand des hasards, une poudre cireuse blanche antiadhésive. Ce matériau a été enregistré en 1953 sous le nom de Téflon. Celui-ci est d’ailleurs au cœur d’une autre histoire, cinématographique cette fois. Le film Dark Waters met en lumière le scandale de la contamination par DuPont d’une rivière de Virginie du Sud dans les années 1980.

 

 

A lire aussi: Découvrez nos recettes! 

 

 

Le Téflon est-il dangereux pour la santé ? 

Depuis quelques années, la polémique enfle autour d’un de ses composants, l’acide perfluorooctanoïque, dont l’acronyme est PFOA. Ce dernier est soupçonné d’être un perturbateur endocrinien à l’origine de cancers de la prostate et de troubles de la fertilité. « A partir de 360 degrés, le revêtement se dégrade et des vapeurs toxiques risquent de se former, explique Sandra Imsand, de la Fédération romande des consommateurs (FRC). Il convient donc d’être prudent, en particulier avec les cuisinières à gaz ou à induction, qui montent rapidement en température. » Un tableau qui n’est toutefois pas aussi noir que ce revêtement, puisque la spécialiste souligne également que « les tests n’ont plus mesuré de résidus de PFOA dans les poêles depuis plusieurs années. Cependant, le GenX, un autre composant utilisé pour la fabrication de revêtements antiadhésifs, a récemment été classé comme substance préoccupante par l’Agence européenne des produits chimiques. Les risques potentiels pour l’environnement et pour la santé ne peuvent donc être exclus. » 

 

La réglementation en Suisse…

Le PFOA a été proscrit outre-Atlantique comme dans l’Union européenne (en juillet 2020). « En Suisse, la fabrication, la mise sur le marché et l’utilisation du PFOA et des substances apparentées ont été interdites depuis le 1er juin dernier », souligne Sandra Imsand. Reste à savoir si les autres substances qui sont et seront utilisées rendront un peu de leur éclat à nos poêles en Téflon !   
 

Quelle est l’alternative au Téflon ?

Si l’on décide d’adopter le principe de précaution, quel manche de casserole empoigner ? La FRC rappelle que la fonte — bien que lourde, chère et longue à chauffer — peut être une bonne option pour les plats mijotés. Mais elle cite aussi le magazine français Que choisir qui affirme que les performances de la céramique sont moins bonnes que le Téflon. Quant à l’inox, il risque d’attacher, alors que le cuivre se montre délicat à l’entretien. Bref, pas facile de s’affranchir de ce bon vieux Téflon… 

 

Frédéric Rein 

0 Commentaire

Pour commenter