Des cabanes accessibles à tous !

© Deimagine

L'été, rien ne vaut une randonnée à la montagne dans des paysages superbes. Et la pause bien méritée dans une cabane constitue un plaisir supplémentaire. d'autant plus quand elle est atteignable sans faire un marathon.

Hélas, nombreux sont ceux qui renoncent au plaisir des refuges d’altitude. Pourtant, certains d’entre eux peuvent être ralliés au terme d’une courte marche. Notre sélection.

Avec les années qui passent, les cabanes de montagne semblent soudainement trop haut perchées, hors de portée. Si certaines demandent en effet une condition physique irréprochable pour réaliser les éprouvantes et longues marches d’approche permettant de les rallier, d’autres, qu’on aurait presque tendance à oublier, peuvent être rejointes après une balade d’environ une heure ou à peine plus. C’est alors l’occasion de (re)vivre — le temps d’un repas simple, mais savoureux, et/ou d’une nuit dans des conditions sommaires — les plaisirs simples qu’offrent ces refuges rustiques. Des endroits où le temps semble avoir suspendu son vol, où les rencontres sont aussi décontractées que conviviales. Nous avons sélectionné six cabanes qu’on peut rejoindre au terme d’une marche avoisinant les soixante minutes …         

 

45 min.  // Le chalet Gros Cousimbert (FR)

Ce qui séduit d’emblée en arrivant au chalet Gros Cousimbert, sis à proximité de La Berra, c’est la vue à 360 degrés.

Où débute la marche : soit on prend le télésiège à La Roche jusqu’au sommet, soit on se rend au Mouret, on suit Zénauva, puis la route jusqu’au parking Crau Rappo.

Ses caractéristiques : quel que soit le chemin emprunté, la marche dure 45 minutes. Mais la version avec télésiège est plus facile (plus plate) et plus belle (vue à 360 degrés) que celle depuis Crau Rappo.

Ouverture estivale du « refuge » : de mai à octobre.

Ses infrastructures : une buvette, une chambre pour les couples, et deux dortoirs pour six.

Prix de la nuitée par adulte : dès 39 francs si on amène son sac de couchage.

Contact : http://groscousimbert.ch,

T 026 413 36 09.

 


 

 1h10 min. // Le Restaurant du lac Lioson (VD)

Situé à 1850 mètres d’altitude, cet établissement emprunte son nom au lac auquel il fait face, aussi surnommé la « Perle des Alpes vaudoises ».

Où débute la marche : une fois arrivé aux Mosses, on peut parquer au col ou continuer jusqu’au parking au-dessus de la Fromagerie du Lioson d’En Bas, d’où part et arrive le chemin pour le lac Lioson.

Ses caractéristiques : 1 h 10 depuis le col des Mosses ou 40 minutes en partant du parking vers la Fromagerie du Lioson d’En Bas. Le premier trajet fait état de 415 mètres de dénivelé, le second de 273 mètres. La montée est raide, mais courte.

Ouverture estivale du « refuge » : de juin à début octobre.

Ses infrastructures : un restaurant et 50 places de couchage, qui se répartissent entre chambres et dortoirs oscillant entre 2, 4, 6 et 12 lits.

Prix de la nuitée par adulte : dès 25 francs.

Contact : www.lioson.ch

T 024 491 11 44.

 


1h // La Ferme Robert (NE)

Cette « ferme » se situe au pied du Creux-du-Van, impressionnant cirque rocheux dont la réputation dépasse de très loin les frontières du canton de Neuchâtel.

Où débute la marche : à la gare de Noiraigue.

Ses caractéristiques : il faut environ 1 heure pour réaliser cette balade facile à travers la forêt qui s’étend sur 2,5 kilomètres (dénivelé de 250 mètres). Si nécessaire, on peut aussi y accéder en voiture.   

Ouverture estivale du « refuge » : début avril à fin octobre.

Ses infrastructures : un restaurant, ainsi que l’Abri du Van, attenant à la ferme, qui peut accueillir 36 personnes dans des chambres de 2, 4 ou 6 lits superposés.

Prix de la nuitée par adulte : à partir de 30 francs.

Contact : www.ferme-robert.ch

T 032 863 31 40.


1h30 // La cabane du Mont-Fort (VS)

Perchée à 2457 mètres d’altitude sur les hauteurs de Verbier, cette cabane du Club alpin suisse (CAS) est un gîte d’étape sur le parcours Chamonix-Zermatt de la Haute Route.

Où débute la marche : prendre la télécabine à Médran pour rallier Les Ruinettes.

Ses caractéristiques : les 3 à 4 kilomètres (dénivelé de 270 mètres) se parcourent en 1 h 30. Ce tracé classé T2, ce qui signifie qu’il faut avoir le pied assez sûr, longe le bisse de Verbier.

Ouverture estivale du « refuge » : de fin juin à mi-septembre.

Ses infrastructures : un restaurant, 15 chambres pour un total de 58 lits ainsi que des douches à l’étage.

Prix de la nuitée par adulte : dès 26 francs pour les membres du CAS, 37 francs pour les autres.

Contact : www.cabanemontfort.ch

T 027 778 13 84.


1h // La Weissmieshütte (VS)

Située non loin de Saas-Fee, cette cabane en pierre trône à 2726 mètres d’altitude, au cœur d’un environnement très minéral.

Où débute la marche : prendre la télécabine à Saas-Grund, on s’arrête soit à Kreuzboden, soit à Hohsaas. 

Ses caractéristiques : quel que soit le chemin emprunté, on atteint la Weissmieshütte en une heure de marche. Depuis Kreuzboden, on monte (330 mètres de dénivelé), alors que, depuis Hohsaas, on descend (470 mètres de dénivelé).

Ouverture estivale du « refuge » : de mi-juin à fin septembre, voire mi-octobre suivant les conditions météorologiques.

Ses infrastructures : un restaurant, 130 places d’hébergement (sacs de couchage louables), pas de douches.

Prix de la nuitée pour un adulte : 67 francs 50 (en demi-pension) pour les membres du CAS, 79 francs 50 pour les autres.

Contact : https://weissmieshuette.ch

T 027 957 25 54.


 45 min. // Refuge des Sommêtres (JU)

Ce refuge, établi sur un promontoire rocheux situé entre Saignelégier et Le Noirmont, bénéficie d’une vue panoramique sur la chaîne jurassienne et les côtes du Doubs. 

Où débute la marche : depuis Muriaux ou depuis Le Noirmont (prendre la direction de Saignelégier).

Ses caractéristiques : quel que soit l’itinéraire pédestre choisi, il prend 45 minutes. Le premier, long de 2 kilomètres, passe dans la forêt, alors que les 3 kilomètres du second oscillent entre pâturages et forêt.

Ouverture estivale du « refuge » : toute l’année.

Ses infrastructures : sept couchettes, des toilettes et une cuisine équipée. A noter que ce refuge n’est pas gardé et ne dispose donc pas d’un restaurant. Il n’est en outre pas possible de le réserver à l’avance.

Prix de la nuitée par adulte : 18 francs.

Contact : www.legafm.ch/refuge

  Frédéric Rein

 

0 Commentaire

Pour commenter