« J’ai été époustouflée par ce voyage riche en découvertes »

La Neuchâteloise Geneviève Glenck s’est rendue dernièrement avec un groupe de lecteurs au Vietnam. Elle revient sur ce séjour passionnant, au cœur d’un pays qui offre une grande diversité de beautés naturelles.

  

Qu'est-ce qui vous a donné envie de faire ce voyage ?

Lorsque j’ai vu l’annonce dans générations « Balades insolites dans le Tonkin », je me suis dit, rien que le titre c’est pour moi et l’occasion de fêter mes ¾ de siècle !

L’Asie m’a depuis longtemps attirée (mon mari y faisait souvent des voyages pour sa profession et j’ai pu l’accompagner à quelques reprises, pour mon plaisir). Ça, c’est pour le côté « Asie ».

Ensuite, l’adjectif « insolites » m’a interpellée. Ce ne devait pas être, pour moi, le voyage de Mme Tout le Monde. « Insolites » signifiait qu’au cours de ce voyage, j’allais découvrir ce que d’autres agences ne proposaient pas, le contraire du voyage dit « classique ».

Quant à « Balades », ne vous imaginez pas qu’il s’agissait de « promenades, ou flâneries, comme le suggère le dictionnaire, mais bien de marches – env. 3 à 4 heures (dont une avec 500 m positifs et 1000 négatifs !) ce qui rajoutait à ma curiosité. Serais-je capable ?

Donc, ce côté aventurier m’attirait (dortoirs, rencontres avec des ethnies différentes, petit groupe de participants) et pour finir, la marche à travers le Nord Vietnam.

Je me suis dit que ce voyage je devais le faire maintenant car comme il risquait malgré tout d’être physique et que l’âge venant, je n’aurais plus la force.

 

Avez-vous fait de belles rencontres au sein du groupe avec lequel vous êtes partie ?

Eh bien oui ! Tout d’abord, cela a été Hubert, notre accompagnateur, que j’avais connu lors de mon voyage, il y a 5 ans, au Bhoutan. Je l’ai retrouvé et cela m’a d’autant plus motivée à faire ce voyage. J’avais gardé de lui un tellement bon souvenir. Et en particulier, Janine, une « petite » Lausannoise (non, elle n’est pas spécialement petite, mais c’est en signe d’affection que je la nomme ainsi) avec qui j’ai partagé soit la chambre d’hôtel, soit la proximité dans le dortoir. Le groupe dans son ensemble, esprit d’équipe, entraide, soutien (parfois lors de marches…) sans oublier notre guide vietnamien « Nam », petit homme énergique, plein d’humour et amoureux de son pays.

 

Un avis à partager sur la gastronomie vietnamienne ?
Un bonheur. Une diversité folle où chacun pique (avec baguettes, s’il vous plaît) ce qu’il désire. Les nems surtout ont été très appréciés (ceux qu’il nous est arrivé de confectionner ? je doute qu’on nous les ait servis), la soupe à la courge onctueuse à souhait, les crêpes au petit-déjeuner, arrosées de miel et garnies de rondelles de bananes (pour ceux qui aiment les bananes, qui paraît-il, n’ont rien de comparable avec celles que les grandes surfaces nous vendent ici), la découverte de légumes du pays, les fruits de mer. Cuisine variée, légère, gouteuse. Le riz nature servi en dernier (coutume ?) a donc très peu de succès…

 

Vous avez fait la rencontre de l’ethnie « les Lolo », pouvez-vous nous partager cette fabuleuse expérience ?

Pour aller à la rencontre des Lolo (à la frontière chinoise), il faut le mériter. Déjà la veille, nous devons préparer un sac pour la journée (marche, transport) et un sac pour les affaires personnelles dont nous aurons besoin chez les Lolo (sac de couchage, vêtements pour la nuit, affaires de toilette, etc…) Après 3 heures de marche, un parcours en minibus à travers un paysage grandiose, nous avons besoin de faire 2 trajets (vu la taille de notre groupe) en 4 x 4, en pleine nuit, sur une piste (heureusement éclairée par les phares de la voiture) faite il y a 5 ans. Ensuite grimper à pied avec lampe frontale (avec les sacs, quant à moi un devant, un derrière… Hubert a eu pitié et m’en a pris un J) sur une route caillouteuse – rencontrer au passage une Lolo qui nous attendait – pour atteindre enfin une vieille maison sur pilotis où nous accueille un couple très hospitalier. Les femmes portent une tunique noire avec un petit bout de tissu rectangulaire coloré au dos. Avant de monter à l’étage où nous prendrons notre repas, nous rencontrons poules, porcs, sur terre battue où nous enlevons nos chaussures de marche. Nous nous retrouvons donc en chaussettes, assis par terre, en cercle pour le repas du soir. Loin de notre petit confort, dans un autre monde… A l’heure du coucher, les couples du groupe resteront dans cette même pièce, quant aux célibataires, dont Janine et moi, nous irons dormir (la lampe frontale nous montrant le chemin) dans une autre petite maison à proximité, à l’étage avec poules, etc. etc. en dessous. La pièce est vaste. Dormiront d’un côté 3 femmes, de l’autre 3 hommes, sur nos sacs de couchage (on se serait cru en colonie de vacances quand nous étions enfants); au préalable, passage obligé dans un petit cabinet de toilette, à l’extérieur (même cérémonial, chaussures de marche à enlever, à remettre, lampe frontale, etc.). Bonne nuit de repos, sans ronflement, en tous cas rien entendu, tellement fatiguée.

 

Quel a été le moment qui vous a le plus marqué durant ces 16 jours de voyage ?

Difficile à dire, plutôt des images marquantes : La 1ère, très forte, celle lors de notre arrivée : la circulation dans Hanoï. Les véhicules (motos, vespas – peu de voitures) roulant dans tous les sens, avec habileté et attention (aucune agression, à grands coups de klaxons en signe d’avertissement), un vrai capharnaüm ! Les marchés abondants, colorés (légumes, viande, fruits), les costumes des femmes San Chi, les rizières en espaliers, les paysages grandioses, des jeunes filles portant sur leurs épaules des briques horriblement lourdes, la Baie d’Along avec ses pitons sculptés et repas du dernier soir sur le pont du bateau – féérique – , la promenade en barque (d’un calme), entre nénuphars, jacinthes d’eau et où l’on croise des buffles qui se prélassent dans l’eau boueuse, un cocktail pris accoudée au bord de la piscine du Tam Coc Garden (un rêve) en regardant le paysage, et bien évidemment, la rencontre avec les Lolo, un réel dépaysement, déconnecté de notre quotidien, et la liste pourrait continuer…

 

Vous avez visité la vaste baie naturelle d’Halong, un avis à partager ?

On en a tellement entendu parler de la Baie d’Halong. Je peux dire j’y suis allée et je m’y suis même baignée. Décor grandiose, les singes qui sont en famille, déboulent des rochers à l’approche des bateaux porteurs de friandises. Un point négatif, trop de touristes sur la plage.

 

Qu’est-ce qui vous a le plus dépaysé ?
Le manque de confort chez les Lolo ; dépaysé oui mais pas déplu ! Le paiement lors des achats (la conversion, un tas de billets pour peu de valeur…). Se faire un petit tableau récapitulatif avant de partir.

 

Où sera votre prochain voyage ?
Je souhaiterai aller en Mongolie ou faire le Transsibérien.

 

Etait-ce votre premier voyage avec générations ?
Non, je suis allée en 2013 au Bhoutan.

 

Un petit conseil à donner aux lecteurs de générations qui souhaiteraient se rendre au Vietnam ?
Faire confiance à générations et leur partenaire Tirawa !. L’organisation y est parfaite, du début à la fin (qualité du choix des hôtels, où l’on aurait aimé prolonger le séjour et des dortoirs toujours équipés pour ne pas trop dérouter l’Occidental). Etude soignée de l’itinéraire du voyage. (Un détail : même prévu, au retour, un petit hôtel juste pour prendre une douche et le repas du soir avant de décoller). Au sein d’un petit groupe ils verront des beautés de la nature et vivront des moments que le tourisme de masse ne leur offrira pas.  A découvrir sans modération.

                                                                                                                                                                                                                    Propos recueillis par Melanie Akrimi

0 Commentaire

Pour commenter