Le pays au-dessus des nuages

Les camions richement décorés et colorés font partie intégrante du paysage, dans ces contrées qui ont fait rêver tant de voyageurs
© Teradat Santivivuit

Exploration du Monde présente le film Ladakh, Zanskar — Le pays au-dessus des nuages dans dix villes de Suisse romande. Un film aux images magnifiques, porteur d’un message de sagesse.

Je ne gravis pas les montagnes pour atteindre les sommets. Les termes de victoire et d’échec n’entrent pas dans ma philosophie. Si je suis là, c’est uniquement pour un acte gratuit dans un monde de lumière, de vent et de tempête. » Enfant, en découvrant les cours de géographie, Guy Cousteix savait déjà qu’il serait explorateur. Son seul plan de carrière a, dès lors, été de faire le choix d’une vie de liberté lui permettant d’aller à la rencontre de l’autre, à l’opposé même de tout plan de carrière. Depuis des années, de ses voyages autour de la planète, il ramène des films et des documentaires, parmi lesquels Ladakh, Zanskar — Le pays au-dessus des nuages diffusé dès le 25 novembre dans le cadre des films-conférences d’Exploration du Monde. Loin de se contenter de montrer l’omniprésente beauté à couper le souffle des paysages au nord de l’Inde, l’auteur nous entraîne au cœur même de la vie quotidienne des habitants du Zanskar, ancien royaume himalayen, au sein d’un univers minéral. Un peuple humaniste, généreux et fin d’esprit, qui vit dans des conditions austères sur une terre presque lunaire à force d’être aride. De la vallée de Leh jalonnée de monastères perchés sur le flanc de la montagne jusqu’aux lacs du Pangong et de Tsomoriri, puis à la découverte du pays des Dardes au Baltistan, frontière avec le Pakistan, le cinéaste emprunte, pour nous, la route utilisée pendant des siècles par les caravaniers. Guy Cousteix signe un film profondément humain nous plongeant dans tous les aspects de la vie de cette partie du monde où les drapeaux de prières bouddhistes côtoient les bannières vertes de l’Islam, et où les temples de Shiva et de Parvati ne sont jamais bien loin des statues de Maitreya, le prochain Bouddha à venir, lorsque l’enseignement du Bouddha actuel aura disparu.

 

Moments forts

Cette fresque passionnante est jalonnée de rencontres inattendues, comme l’apparition du dalaï-lama en personne venu prodiguer son enseignement dans un monastère, et, en pleine montagne, la visite de l’équipe de tournage à un jeune astrologue et à un médecin local. Interpellante également, la réflexion prononcée par le cinéaste dans le film, choqué de constater la dureté des conditions de travail des sherpas lors de ce périple hivernal : « Je ne peux pas cautionner que notre plaisir passe par la souffrance des porteurs sous le prétexte que cela représente une opportunité de salaire pour eux … » Un film touchant qui, fuyant tout artifice ou discours moralisateur, permet de mieux appréhender la réalité quotidienne de ces peuples lointains bousculés par l’évolution du monde, mais toujours pétris de la philosophie du Bouddha et de la sagesse des Himalayens …

           Martine Bernier

0 Commentaire

Pour commenter