La Brussels Art Fair : un salon d’art hors du commun

Exceptionnel, le salon l’est autant par la qualité des œuvres que par leur diversité. De l’argenterie aux bandes dessinées, sans oublier les bijoux et les meubles anciens, il y en a pour tous les goûts.   ©DR

La Brussels Art Fair (BRAFA) est l’une des foires d’objets d’art les plus connues et cotées de par le monde. Visite guidée.

BRAFA. Derrière l’acronyme utilisé par la Brussels Art Fair se cache l’un des salons d’objets d’art les plus renommés et les plus anciens du monde, puisqu’il existe depuis maintenant soixante-six ans. Pousser les portes de cette foire revient à pénétrer dans un lieu magique, où l’on parcourt 5000 ans d’histoire, grâce à une sorte de grand écart temporel qui débute à l’antiquité et se termine de nos jours.

Durant une semaine en janvier, les époques se mélangent, les repères se brouillent avec bonheur, nous faisant passer de l’argenterie aux bijoux anciens, du mobilier aux objets d’art de la Haute époque au XXIe siècle, des faïences aux porcelaines, des dessins et des planches originales d’auteurs de BD aux livres ou encore à la numismatique. Un inventaire artistique à la Prévert connu pour la qualité haut de gamme des œuvres exposées.

« Il existe une grande variété pour qui aime l’histoire de l’art, confirme René Armellino, professeur de cette discipline et guide pour Connaissance 3, l’Université des seniors. Cette mani-festation implantée au cœur de l’Europe permet d’admirer des objets que le public ne verrait pas autrement, car les œuvres viennent de collections privées ou de galeries. En plus, il y a des grands noms. L’an dernier, j’ai, par exemple, pu contempler un Picasso. »

 

L’art, mais aussi la manière

Cette grand-messe artistique belge, qui attire aussi bien les collectionneurs, les professionnels du monde de l’art (conservateurs, curateurs, conseillers en art, décorateurs, entre autres) que les amateurs d’art et le grand public, réunit environ 130 exposants, dont deux tiers viennent de l’étranger. «C’est une volonté de notre part de maintenir cette taille humaine très appréciée, explique Beatrix Bourdon, directrice générale de la BRAFA. Nous apportons en outre un soin tout particulier à la décoration de l’espace et à son aménagement.» La foire a notamment mis au concours auprès des étudiants de la célèbre Ecole de la Cambre les motifs du tapis qui couvrira les allées de l’édition 2021, si le coronavirus permet son organisation.

Comme par le passé, il y aura aussi un invité d’honneur. Sera-ce un grand musée, une institution culturelle majeure ou un artiste contemporain de réputation internationale, à l’instar de Julio Le Parc, Christo ou de Gilbert & George, hôtes précédents? Réponse cet automne. Ce que l’on sait, en revanche, c’est que les lecteurs de générations qui prendront part à ce voyage organisé comprenant une découverte de Bruxelles auront le droit à une visite VIP durant laquelle ils seront reçus par l’administrateur de la foire, bénéficieront d’un tour guidé, d’un cocktail dinatoire et auront la possibilité de suivre une conférence. Une splendide fête de tous les arts, servie sur un plateau !

 

 

Frédéric Rein

 

0 Commentaire

Pour commenter