L’Albanie, ce paradis naturel oublié

Longtemps replié sur lui-même, le pays des aigles s’ouvre progressivement au tourisme. Avec de vrais arguments « nature » à faire valoir.

De prime abord, on imagine ce pays austère, car fermé au monde jusqu’en 1991 en raison de la dictature communiste. A tort ! L’Albanie se profile d’ailleurs de plus en plus comme l’une des destinations européennes à la mode. Qu’est-ce qui séduit les étrangers qui s’y aventurent ? Le doux mélange entre sa richesse patrimoniale (lire encadré) et sa nature sauvage, souvent exubérante. « L’Albanie compte de nombreux parcs nationaux à travers tout son territoire, explique Valbone Hoxha, de l’agence romande L’Atelier du Voyage. Il faut savoir que les deux tiers du pays sont recouverts de montagnes et que la forêt y est également très présente. A quoi s’ajoutent 400 kilomètres de côtes, bercées par la mer Adriatique, au nord, et la mer Ionienne, au sud. » Un kaléidoscope de panoramas qui ravira les marcheurs, les cyclistes, lesquels peuvent pratiquer le vélo dans la quasi-totalité du pays, ainsi que les amoureux de farniente.

 

Balade dans les fjords

Commençons par faire une halte dans le nord, au bord du lac de Koman. « Sur ce site, la nature prend des allures de fjords norvégiens », décrit la connaisseuse. Une traversée en bateau de ce lac, suivie d’un parcours routier, permet d’atteindre le paisible village de Valbona, situé au cœur de la vallée éponyme, l’une des plus fantastiques du pays. Ce parc des Alpes albanaises livre des paysages vallonnés, parfois abrupts, mais toujours grandioses et préservés. Ici, les maisons traditionnelles donnent encore plus de reliefs à cet endroit qui n’en manque pourtant pas. S’il n’existe qu’un seul hôtel à Valbona, les séjours chez l’habitant sont possibles, même conseillés, car ils permettent d’apprécier l’hospitalité et la gentillesse des gens de la région. Mais aussi la cuisine locale, dont la « flija » fait, par exemple, partie. On pourrait la décrire comme une crêpe multicolore cuite à la vapeur dans une sorte de couvercle en métal sphérique et parfois servie avec du miel local. Dans ce parc, la marche la plus prisée part de Valbona pour rallier Theth. Sur ce trajet, d’où l’on voit les sommets escarpés recouverts de neige, on découvre les fameux « kulla », des maisons-tours, principalement constituées de pierre, dont l’origine réside dans la culture des vendettas albanaises. Elles étaient en effet construites très hautes de façon à empêcher les attaquants d’atteindre les fenêtres qui étaient élevées !

 

A lire aussi : Israël : berceau des religions

 

Des flots colorés

Faisons maintenant un grand écart pour rejoindre le sud. Pourquoi ne pas se rendre au Blue Eye, situé entre Gjirokastër et Sarandë ? De quoi s’agit-il ? D’une incroyable source d’eau. On commence par suivre une rivière aux flots bleu-vert qui serpente dans un sublime écrin de verdure. Puis, à un certain moment, un « œil bleu » jaillit de ses fonds rocheux pour offrir un contraste saisissant et, bien évidemment, vous faire de… l’œil ! Tout comme, d’ailleurs, le canyon d’Osum, où une rivière vert émeraude trace son chemin entre des parois verticales. « Il est possible de faire du rafting ou de se baigner », précise Valbone Hoxha, qui conseille également de passer par le Parc national de Llogara, un autre sanctuaire privilégié pour la randonnée. Ici, les montagnes, tantôt couvertes d’arbres, principalement des pins, tantôt pelées, toisent la mer une fois leur sommet atteint.  

En contrebas se trouve la riviera albanaise, qui s’ouvre sur la mer ionienne et fait face à l’île grecque de Corfou. « C’est l’occasion rêvée de faire du kayak, car ce moyen de locomotion rend accessible des criques paradisiaques qui ne le seraient pas autrement », souligne Valbone Hoxha. Ou, tout simplement, de se reposer sur le sable de ces longues plages léchées par les eaux cristallines. « C’est cela, l’Albanie, un pays qui offre une incroyable palette de possibilités et d’activités », conclut-elle. Bien loin du caractère austère que notre ignorance aurait eu tendance à lui prêter !

 

 

Frédéric Rein       

 

 

 

0 Commentaire

Pour commenter