L’Île de Ré, joyau marin de l’Atlantique

@Istock

Située sur le littoral atlantique, la quatrième île métropolitaine de France déploie des paysages singuliers. Elle contribue aussi au bien-être de ses visiteurs grâce à ses centres de thalassothérapie.  

L’Île de Ré, qui fait face à La Rochelle, possède cette douceur de vivre propre aux terres bercées par les flots. « Une fois le pont à péage franchi, on arrive dans un monde à part. Un endroit calme et déconnecté, hors du temps », souligne Francine Emery, de l’agence de voyages Destinations Santé, qui précise que pour se rendre en France, il faut, à ce jour, présenter un test PCR négatif datant de moins de 72 heures à l’arrivée sur le territoire, et, si on prend l’avion, un second au moment de rentrer en Suisse. Mais revenons-en à ce charme unique qui séduit ses visiteurs, parmi lesquels de nombreuses stars décidées à fuir l’agitation de Saint-Tropez ou de La Croisette, à Cannes. Comment, en effet, résister à « Ré la Blanche », dont le surnom provient de la teinte de ses maisons classiques ? Sur la quatrième île de France métropolitaine, on passe sans transition, et souvent à vélo, des forêts aux vignes, des marais salants (l’Ecomusée de Loix permet de mieux connaître le métier de saulnier) aux plages de sable. « Il y a un incroyable réseau de 100 kilomètres de pistes cyclables, idéales pour se déplacer sur de petites distances, voire davantage pour les plus sportifs », atteste Francine Emery.   

 

A lire aussiCrète - Entre plages et paysages

L’eau, source de joie et de bien-être

Mais, ici, c’est l’eau qui règne en maître. Ceux qui se rendent à la pointe de l’île et grimpent au sommet du phare des Baleines en empruntant son escalier vertigineux s’en rendent parfaitement compte, puisqu’ils profitent d’une vue exceptionnelle sur l’océan Atlantique, comme sur les terres, d’ailleurs. Les villages de pêcheurs, où s’immiscent les brises marines, sont autant d’exemples supplémentaires de ce rapport étroit avec la mer. On pourrait rester des heures à regarder le ballet, bien rôdé, des bateaux en tout genre qui reviennent y mouiller. « Avec leurs volets bleus, leurs ruelles pavées et fleuries, ces villages sont ravissants et paisibles, poursuit Francine Emery. On y trouve de bonnes adresses et des petites boutiques. » 
Si l’île attire de nombreux oiseaux migrateurs, qui viennent nicher dans la Réserve naturelle de Lilleau des Niges, les touristes, eux, se retrouvent souvent dans l’un des trois centres de thalassothérapie. Un monde fait d’eau et de bulles qui permet de s’évader et d’oublier, un peu plus encore, les affres du monde actuel. Que ce soit dans un but thérapeutique (rhumatismes dégénératifs, douleurs vertébrales ou certaines affections dermatologiques) ou pour le bien-être, on profite ici, comme le souhaitait le docteur français Joseph La Bonnardière, inventeur de la thalassothérapie, des bienfaits du climat marin, de l’eau de mer, des boues marines, des algues, des sables et autres substances extraites de la mer. De quoi poursuivre ce beau voyage à l’intérieur de son corps ! 

 

Frédéric Rein

 

 

 

0 Commentaire

Pour commenter