« Des îles lointaines, au soleil en novembre, un lieu exotique dont le nom me rappelait les timbres « Cabo Verde » que j’avais dans ma collection de timbres à l’âge de 12 ans. »

Jean-François Vodoz, Vaudois friand de voyages et d’aventures hors du commun est parti à la découverte du magnifique archipel Cap verdien accompagné de son épouse. Il nous raconte son séjour dans ces îles lointaines et fascinantes.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire ce voyage ?

J’ai eu envie de faire ce voyage en voyant la proposition de générations. Des îles lointaines, au soleil en novembre, un lieu exotique dont le nom me rappelait les timbres « Cabo Verde » que j’avais dans ma collection de timbres à l’âge de 12 ans. Ma femme et moi avons beaucoup voyagé (Spitzberg et Antarctique en expéditions, Australie, Russie, Sibérie, Albanie, Iran, etc) et nous sommes attirés par les lieux hors du commun.

 

Qu’avez-vous pensé de votre guide ? De l’organisation ?

L’organisation était 5 étoiles, et nos 2 guides, Marilda la première semaine, puis Rosianna à Mindelo, étaient très dynamiques, et très au courant de tout, donnant d’excellentes explications historiques et géographiques. Sur Sal, le guide était très gentil, mais peu bavard, ne faisant que répondre à nos questions

 

Une anecdote à raconter ?

Deux jours avant notre retour en Suisse, j’ai oublié mon iPad dans le minibus, à Sao Vicente et ne m’en suis rendu compte que 3 heures plus tard. Rosianne a alerté le chauffeur, lequel a envoyé sa femme chez les enfants que le bus avait transportés après notre groupe. L’iPad avait été gardé par un des enfants (et déjà mis en portugais). Rosianne est allée à l’aéroport de Mindelo et a trouvé quelqu’un qui a pu apporter mon iPad à Sal, où notre groupe se trouvait déjà. La tablette a été remise à notre guide qui a pu ainsi me le donner. Belle efficacité de Rosianne !

 

Qu’est-ce qui vous a le plus dépaysé ?

Dépaysement total : Le paysage volcanique très découpé, traversé par d’incroyables routes recouvertes de milliards de pavés, avec des tracés parfois vertigineux, découpés à flanc de montagne et au-dessus de l’océan.

 

Vous avez découvert plusieurs îles de l’archipel Cap Verdien, laquelle avez-vous préféré ?

Parmi les îles, Santo Antao est la plus attachante, car peu urbanisée, très sauvage, avec des routes incroyables, et des vallées fertiles dès qu’il y a de l’eau. Le moindre centimètre carré est planté de bananiers, maïs, canne à sucre, manioc, etc

 

Si vous deviez ne partager qu’un seul coup de cœur, quel serait-il ?
Le village de Fontainhas, qu’on atteint depuis Ponta de Sol, par une route pavée taillée dans des parois vertigineuses. Bravo à notre chauffeur !

 

Au Cap Vert, on y mange bien ?

On mange très bien au Cap Vert, surtout de l’excellent poisson, mérou, espadon, etc. Et la guide connaissait les bonnes adresses. Mais deux repas au restaurant, c’est parfois trop, en un seul jour, pour nos vieux estomacs ! Un soir, une chanteuse de « saudade » nous a un peu trop saoulés de sa voix, on apprécie parfois le silence. Et, j’oubliais, l’excellent vin blanc du Châ de Fogo

 

Les cap verdiens sont-ils accueillants avec les touristes ?

Les Cap Verdiens sont très accueillants, mais notre programme dense ne nous a pas donné l’occasion de parler vraiment à la population.

 

Quels sont les avantages de voyager avec générations ?

Un programme adapté aux septuagénaires (qui sont en forme !!) Bonne organisation, petits groupes (nous étions 7).

 

Un petit conseil à donner aux lecteurs de générations qui souhaiteraient se rendre au Cap Vert ?

Avoir 20 ans de moins et faire de beaux parcours de trek sur l’île de Santo Antao.

0 Commentaire

Pour commenter