Pascal Auberson: «La musique nous permet de nous passer de mots»

Pascal Auberson César Decker musique Cully Jazz Festival chanson

Pascal Auberson, au piano, et son fils César Decker, au saxophone: une complicité évidente. © Jean-Guy Python

A 70 ans, Pascal Auberson partage la scène et la lumière avec son fils, le saxophoniste César Decker: ils seront en concert au Festival de Cully (VD). 

Ils n’ont pas eu de mal à trouver la pose, Pascal Auberson et César Decker. Quand ça n’est pas l’un qui faisait le clown, c’est l’autre qui mimait le rebelle, se réprimandant à tour de rôle de ne pas être sérieux. «Arrête de mâcher ton chewing-gum», a grondé Pascal. «Dis-donc, tu t’es aspergé d’huile essentielle, ce matin», a relevé César, en se penchant sur son père. Assis ou debout, les corps du père et du fils se sont rencontrés sans avoir à se chercher. Leurs regards se sont ajustés au millième de seconde. Comme plus tard, les phrases musicales qui ont émergé du piano de l’un et du saxophone baryton de l’autre. La complicité entre les deux hommes est évidente. Et le souci que tout se passe bien entre eux, aussi.

Edition abonnés

Edition abonnés

L'accès à la totalité de l'article est protégé.

Déjà abonné?

Gérez votre abonnement

Devenez abonné pour accéder à cet article

  • 30% de reduction en vous abonnant en ligne
  • des tarifs préférentiels dans la boutique et voyages
  • des centaines de billets offerts chaque mois

Abonnez-vous