Il est beau mon Canada !

©Istock

Le deuxième plus grand pays du monde a été gâté par les dieux avec une nature d’une richesse remarquable. Mais ce paradis terrestre est aussi menacé, aujourd’hui, par le changement climatique et l’avidité des humains.

Le Canada est un pays de cartes postales. Des lacs aux couleurs turquoise, des grands espaces à perte de vue, des ours en liberté se disputant des saumons avec des aigles sans même parler des otaries ou des baleines. Le doute n’est pas permis. La première richesse du deuxième plus grand pays du monde est cette nature que les premiers dieux ont bien voulu lui offrir, comme le montre le réalisateur québecois André Maurice avec son film qui sera projeté dans le cadre d’Exploration du monde.

«Etant donné sa grande superficie et sa localisation, le pays compte sept climats, explique-t-il. Imaginez la diversité que cela représente en termes de forêts, de flore, de faune, de sols et de magnifiques paysages. On peut y faire l’expérience de la «beach life» autant que du Grand-Nord, en passant par les montagnes, les plaines, les îles...»

Mais ce paradis terrestre est désormais menacé, comme tant d’autres endroits sur la planète. L’activité humaine, une fois de plus se retrouve sur le banc des accusés. «Les changements climatiques frappent fort, particulièrement aux pôles. Le retrait des glaces a des impacts pour plusieurs espèces animales, qui voient leurs cycles bouleversés, leur nourriture se raréfier. Tout est relié dans un écosystème. Lorsque une espèce est affectée, l’équilibre est affecté. Il y a des conséquences pour les humains dont la subsistance et les activités économiques sont liées aux ressources naturelles. Les peuples de Premières Nations, qui composent déjà avec beaucoup de précarité, sont les premiers affectés.»

Mais tous les Canadiens ont-ils conscience du problème ? Ce n’est pas toujours l’impression que donnent les habitants, à commencer par les politiciens. Tiens, même le fringant et jeune premier ministre, Justin Trudeau, a semblé parfois être à côté de la plaque, en autorisant des forages pétroliers dans des zones encore préservées. 

Il faut donc se battre au quotidien, d’autant plus que les habitants de l’ex-possession britannique n’ont pas tous le même sentiment d’urgence. A Vancouver, par exemple, et son petit air de Californie, la tendance est au régime végétarien, voire vegan. Bref, devant des eaux, elles aussi, menacées par le plastique, le développement durable est à l’ordre du jour des habitants. Mais prenez la route direction de l’Alberta et du Saskatchewan et, d’un coup, d’un seul, vous vous retrouvez au Texas ! Adieu surfeurs, bonjour les cow-boys et le rodéo. Autant dire que, dans l’Ouest canadien, on est encore au régime omnivore, voire carnivore et, tout cela, à l’ombre des plateformes de forage pétrolier !

 

J.-M.R.

Canada, terre de grands espaces, dans le cadre d’Exploration du monde.Tentez de gagner vos places! 

0 Commentaire

Pour commenter