Des lacs italiens si inspirants

D'une superficie de 212,5 km2 , le lac Majeur s'étire sur 65 km de long entre le Tessin et la province italienne de Lombardie. Les îles Borromées et de Brissago sont parmi ses attractions majeures.
© DR

Ils sont bordés par des palaces et des palais, les couchers de soleil les subliment et ils ont servi de muse aux plus grands artistes. Découvrez avec Exploration du monde les lacs Majeur, d’Orta, de Côme et de Garde.

Stendhal s’en est inspiré pour La chartreuse de Parme, Verdi y a composé La Traviata. A quelques pas de la Suisse, les lacs Majeur, d’Orta, de Côme et de Garde « sont des joyaux inestimables », assure le cinéaste Mario Introia, auteur du film Bella Italia qui sera présenté dans le cadre d’Exploration du monde.
Un film que n’aurait pas renié Stéphane Bern en personne. Le réalisateur en convient, nous proposant de nombreuses images des palaces luxueux, des palais et autres monastères qui bordent ces plans d’eau mondialement célèbres. Sans oublier des couchers de soleil majestueux qui ont attiré tant de stars depuis plusieurs siècles. Outre Stendhal, Flaubert s’en est inspiré comme les compositeurs Puccini, Rossini ou encore Bellini ainsi que les réalisateurs Hitchcock et Visconti. Et on ne vous parle même pas d’un certain George, Monsieur Nespresso, aujourd’hui marié au grand dam de ses fans, dont la propriété a fait fantasmer plus d’un paparazzi.
Originaire de Brescia et fier de ses origines, le cinéaste prolonge son voyage plus au sud, vers des villes au patrimoine tant historique qu’artistique également exceptionnel. Il s’attarde ainsi à Crémone, cité du plus grand des luthiers, Stradivarius, mais aussi à Vérone immortalisée par un certain Shakespeare, à Padoue et à Venise.

 

Rendons à César …

Mais dans cette belle Italie, on parle aussi gastronomie. Et Mario Introia se veut catégorique : « Rendons à César ce qui lui revient de droit ! Le risotto est né dans la plaine du Pô, du Piémont à la Vénétie en passant par la Lombardie. Eh oui, cette région produit le meilleur risotto du monde ! » Selon notre homme, en effet, tout le secret réside dans la capacité de conserver l’amidon le plus longtemps possible à la cuisson. Et nul ne peut concurrencer les producteurs locaux, affirme-t-il.
Amoureux de cette partie d’Italie, Mario Introia avoue toutefois être effrayé, comme beaucoup de ses compatriotes, par l’afflux parfois trop important de visiteurs.
« Voir ces grands paquebots naviguer dans la lagune de Venise, au plus près de la Sérénissime, entraîne des dommages irréparables sur les fondations des palais et des églises. Le tourisme de masse devient terriblement préoccupant et catastrophique pour la survie même de la ville !

J.-M.R.

0 Commentaire

Pour commenter