Comment motiver ses petits-enfants à marcher ?

©DR

Au fil des (kilo)mètres d’une randonnée, il n’est pas toujours facile pour les grands-parents de maintenir la bonne humeur de leurs petits-enfants. Le journaliste Rémy Kappeler, auteur de Papa rando, nous livre ses secrets.

Rémy Kappeler fait partie de ces randonneurs qui crapahutent inlassablement par monts et par vaux. Comme près de 2,7 millions d’Helvètes, ce Bernois de 46 ans arpente, petit à petit, les quelque 65 000 kilomètres de sentiers pédestres suisses, soit l’équivalent d’une fois et demie le tour de la Terre ! Il entraîne d’ailleurs sa femme et ses trois enfants dans ses escapades. Mais, même quand on travaille pour l’association Suisse Rando, il n’est pas toujours facile de motiver les jeunes troupes à la plus populaire de nos activités, puisque près de 57 % de la population suisse âgée de 15 à 74 ans s’y adonne. Rémy Kappeler a donc décidé d’écrire Papa rando, un essai sur la randonnée — de la balade matinale à l’excursion avec nuitée en gîte — avec des enfants. Nous lui avons demandé de nous livrer ses secrets, afin de rendre les balades entre grands-parents et petits-enfants (jusqu’à environ 14 ans) encore plus douces…   

 

Oublier le passé

« Avant de partir avec vos petits-enfants, rappelez-vous vos propres expériences : quelles étaient vos attentes en tant qu’enfant, puis en tant que parent ? Lesquelles sont devenues obsolètes depuis, lesquelles sont encore d’actualité ? Il faut vraiment essayer d’avoir le moins d’exigences possibles et, surtout, accepter de remettre en question celles que vous tenez pour acquises, comme de ne commencer à manger qu’à l’heure du repas. Il n’est souvent pas superflu d’en parler préalablement avec les parents des enfants. »   

 

Créer des rituels

« Les enfants adorent quand leurs grands-parents les accompagnent. Il ne faut pas hésiter à jouer sur cette complicité pour mettre en place de petits rituels. Leur palette est vaste… Cela peut consister à porter le dessert pour le pique-nique, à faire toujours le même jeu amusant sur le chemin (par exemple, inventer une histoire drôle en utilisant des mots que les enfants peuvent choisir), ou encore à cacher des friandises sur le chemin. » 

 

Préférer les petits chemins aux grandes routes

« Qui n’a pas détesté ces dimanches où toute la famille partait marcher pendant des heures sur un large chemin ensoleillé offrant de belles vues ? Et c’était encore plus ennuyeux quand nos parents emmenaient leurs amis. Il faut donc éviter qu’ils ne ressurgissent sans qu’on s’en rende compte. Comment l’éviter ? En planifiant bien vos balades. Une randonnée familiale se doit d’être variée. Préférez donc les petits sentiers qui serpentent dans la campagne aux chemins goudronnés larges et droits. La diversité des paysages (bois, champs, bords de rivière, montagnes) est aussi un atout. Il est en outre important d’avoir des endroits, comme un ruisseau, une grotte ou une petite chute d’eau, qui permettent le développement des jeux spontanés. »

 

Se laisser le temps

« Prévoyez suffisamment de temps, afin de pouvoir tranquillement jouer, pique-niquer, faire un feu ou, simplement, ne rien faire du tout. Ne vous inquiétez pas, les enfants trouvent toujours de quoi s’occuper. En revanche, si les grands-parents sont stressés par le temps, les enfants le ressentent vite. Pour ma part, je double toujours le temps de marche annoncé, ce qui permet aussi de faire face à d’éventuels imprévus. »

 

A lire aussiPique-nique : tous les secrets d’un sortie réussie

 

Partager l’émerveillement et les connaissances

« Lorsque vous êtes avec des enfants, vous avez à vos côtés des compagnons de marche très curieux. Ils posent des questions amusantes, voient les choses sous un autre angle. Partagez leur émerveillement et n’hésitez pas à leur transmettre vos connaissances. En cas de besoin, le livre Papa Rando propose des « antisèches » concernant de nombreux sujets. Pour les impressionner, vous pouvez les mémoriser en dix minutes et les ressortir durant la randonnée ! »

 

Inventer une distraction 

« Que faire si les enfants s’assoient sur le bord du chemin et refusent de se remettre en marche ? Prenez cette attitude comme un compliment, car ils n’osent le faire qu’avec les personnes qui leur sont proches et qui ne les laisseront jamais tomber. Une « grève » représente donc une grande preuve de confiance ! Cela dit, profitez-en pour faire une pause et les distraire. Pourquoi ne pas dégainer un jeu, comme « Qui suis-je ? ».Si vous avez pensé à prendre un dé, faites correspondre à chaque chiffre quelque chose qu’il faut toucher. Le 1 du bois, le 2 la couleur jaune, etc. Vous n’avez pas prévu le coup ? Pas de souci, vous avez certainement sur vous une pièce de monnaie qui vous permettra d’inventer un jeu. »

 

Laisser s’exprimer l’enfant qui est en vous

« Les jeunes adorent les adultes qui parviennent à faire renaître l’enfant qui est en eux. Balancez-vous de rocher en rocher au-dessus du ruisseau ou, tout simplement, racontez-leur des blagues. Saisissez au vol leurs idées, même si elles n’ont parfois aucun sens. Les enfants vous aideront à faire de votre randonnée en famille une réussite, mais aussi à cultiver le lien intergénérationnel que vous entretenez avec eux. »

 

Papa rando, Editions Helvetiq

 

 Frédéric Rein

0 Commentaire

Pour commenter