Au pays d’Instagram, les cheveux blancs font un carton

©Photo Instagram de Baddie Winkle, 91 ans

Estimés à seulement 3 % d’utilisateurs sur la célèbre plateforme digitale de partage de photos, certains seniors se démarquent néanmoins, depuis peu, et rencontrent un vif succès.

Depuis sa création en 2010, le réseau social Instagram est devenu quasiment incontournable. Le milliard d’utilisateurs désormais dépassé, la plateforme s’est développée d’année en année, devenant de plus en plus importante et servant désormais de gagne-pain à certains influenceurs. Elle a même lancé son système de vente en ligne, il y a quelques mois, avec un retour plutôt convaincant. A première vue, on serait tenté de croire que cette plateforme digitale très populaire est plutôt destinée aux jeunes. Pourtant, des « silver utilisateurs », entendez des personnes de plus de 50 ans, se retrouvent sur Instagram et, loin de se faire tout petits, se mettent en valeur ou partagent leur quotidien. Mieux, ils rencontrent un réel intérêt de la part de leur audience.

Prêtresses de la mode, artistes, riches excentriques ou simples utilisateurs, ces seniors sont estimés à environ 3 % de la population sur Instagram. Peu nombreux certes, mais très actifs. Arrivés, pour la plupart, sur le réseau social il y a à peine quelques années, certains font un carton et se démarquent par leur nombre de followers, qui grimpe parfois jusqu’au million d’abonnés, voire plus. Véritables stars du site, ils proposent des contenus attrayants, partagent des messages et deviennent de vraies icônes du web. Cette plateforme se révèle alors être un support plus qu’idéal pour partager avec leurs proches ou, dans une optique professionnelle, promouvoir leur travail, partager avec leur public et divulguer une image positive d’eux-mêmes.

Icônes pour toutes les générations. Quid de leur audience ?

Est-elle composée exclusivement de comptes tenus par d’autres seniors, qui partageraient les mêmes goûts et les idées ? Contre toute attente, pas seulement. Nombreux sont les jeunes qui suivent (s’abonnent) des personnes de 50 à 80 ans, et ce, pour plusieurs raisons. « Certains seniors deviennent de véritables modèles, même pour les plus jeunes. Ils donnent souvent des conseils et proposent du contenu qui parle à tout le monde», explique Jean-Marc Seigneur, maître d’enseignement et de recherche à l’Unige et fondateur de la start-up Reputaction. Des seniors deviennent alors influenceurs, et divulguent nombre de messages et d’opinions, mais surtout des images d’eux-mêmes qui servent d’inspiration à beaucoup de personnes, jeunes ou moins jeunes. « C’est motivant et intéressant pour chacun de voir que, même quand on est âgé, on peut encore être vivant et apporter des choses nouvelles aux autres. »

Un fort pouvoir d’achat

S’ils parlent à toutes les générations, il y a un domaine où les influenceurs seniors s’adressent peut-être à une catégorie d’âge plus proche de la leur : par le biais de la promotion de produits qu’ils peuvent faire sur leur compte personnel Instagram ou de la vente en ligne récemment proposée par le réseau social. Une vraie aubaine pour les marques qui, ayant repéré le filon, n’hésitent pas à mettre en avant des personnes plus âgées, lesquelles, avec leur réseau composé pour les plus influents de millions d’abonnés, permettent de cibler un très grand nombre de potentiels acheteurs. Mais pourquoi s’intéresser aujourd’hui particulièrement à ces « silver influenceurs » dont le nombre sur Instagram ne fait qu’augmenter ? « Il y a des seniors qui sont extrêmement fortunés, ce qui est un réel avantage pour les entreprises. Ils n’ont plus d’enfants à charge, donc ils ont un pouvoir d’achat énorme. C’est une cible idéale. Et les influenceurs seniors ne sont pas forcément fortunés eux-mêmes, mais ils sont suivis par des seniors qui achètent assez facilement », nous éclaire Jean-Marc Seigneur.

Des profils bien distincts

Cependant, pour devenir influent sur Instagram, il faut savoir se distinguer des autres. Un fondamental que certaines icônes seniors du réseau social ont bien intégré. Avec une personnalité et un style bien tranché mis en avant, ces profils, avec chacun leur univers, étonnent et émerveillent à la fois. C’est le cas de la doyenne Baddie Winkle, 91 ans, qui survole le réseau social avec ses 3,8 millions d’abonnés et son monde complètement décalé. Entre paillettes et le rose bonbon, la nonagénaire s’assume et se met en scène pour notre plus grand plaisir.

Sa voisine un peu plus rangée, Iris Apfel, 98 ans, 1 million d’abonnés tout de même, régale avec son look ultrabranché toujours à la pointe du chic. Une grande dame qui se dévoile, sans artifice.
Dans un autre registre, plus accessible peut-être, Dorrie Jacobson, 85 ans, se démarque avec brio sur son compte seniorstylebible. Posant face camera dans divers lieux, elle propose différentes tenues et en inspire plus d’une. Et chez ces messieurs, un Suisse a également la cote.

Le chanteur Stephan Eicher, 59 ans, est suivi par plus de 9000 personnes et partage avec sa communauté des vidéos de ses clips, mais aussi de son quotidien. On peut ainsi le voir chantonner sous la pluie, filmer l’arrière-scène avant un concert ou s’adresser directement à nous, assis dans sa loge. On découvre une autre facette de l’artiste suisse, plus intime, spontanée.

A l’autre extrême, Gianluca Vacchi, un Italien de 52 ans un brin vaniteux, mais surtout au summum de l’exubérance, fascine par l’étalage de son quotidien haut de gamme, entre jets privés, hôtels de luxe et piscines à débordement. Son capital de sympathie réside sans aucun doute sur ses vidéos de danse endiablée qu’il réalise avec sa (très) jeune femme.

Une question reste cependant en suspens: que leur apporte la notoriété acquise sur ce réseau social ?

Du réconfort pour leur égo ? De confortables rémunérations ? Oui, mais pas que… Instagram devient une plateforme d’expression libre, où l’on peut être qui l’on veut, à n’importe quel âge. Les seniors sont également nombreux à s’inscrire dans le but de suivre le quotidien de leurs enfants et petits-enfants. Instagram peut dès lors être perçu comme le nouvel album de photos de l’ère digitale. Mais peut-on y déceler certaines limites, voire des dangers pour ces nouveaux utilisateurs seniors ? Selon Jean-Marc Seigneur, il n’en est rien. « Je ne pense pas que ce soit dangereux, les messages délivrés sont presque toujours positifs. »
Une des légendes photo de Dorrie Jacobson en est la parfaite illustration: « Je suis là, sous le soleil radieux du matin, portant ma peau froissée avec fierté. Pas de retouches, juste moi dans toute ma gloire de vieille dame sous le soleil éclatant, célébrant une version de moi plus âgée, plus sage et plus confiante. »

 

Alice Caspary

0 Commentaire

Pour commenter