Une année BD qui part sur les chapeaux de roues

©Istock

A peine les Fêtes digérées, les lecteurs ont de quoi se réjouir avec quelques nouveaux albums de très haute tenue. Notre sélection.

J.-M.R.

47 cordes, Editions Glénat

Quelle élégance dans le dessin! Graphiquement, cet album séduit d’emblée, rien à redire. Et question scénario, un zeste d’imagination suffit à accepter le postulat de base. A savoir qu’une métamorphe tombe amoureuse d’un jeune musicien nommé Ambroise. Mais comment le séduire, ce jeune homme aux abords si fermés ? Quelle apparence prendre pour faire tomber ses barrières ? La tentation ultime est peut-être celle proposée par une célèbre cantatrice qui consiste pour lui à relever 47 défis pour obtenir la harpe de ses rêves. Mais la chanteuse vit dans un univers bien particulier qui fait penser entre autres à Kubrick. Une intrigue intelligence, un dessin qui exhale la sensualité à chacune ou presque de de ses 400 pages, on achète.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Empire Falls Building, Editions Noctambule Soleil

Envoûtant! On pourrait être surpris au premier abord par un graphisme qui sort des sentiers battus, mais on se fait prendre par une intrigue des plus originales elle-aussi. Et très vite apparaît l’évidence: le dessin est partie intégrante de la réussite de cette œuvre inclassable. Imaginez, un magnat a fait construire un building par plusieurs architectes. Mais il n’est pas toujours satisfait et il engage un jeune talent, Edgar Whitman, pour combler un vide, mais quel vide? Très vite, le nouvel arrivé se fait happer par le mystère de cette construction aux multiples surprises sans compter un propriétaire et un serviteur des plus déroutants. On ne sort pas indemne de cette aventure aux allures parfois angoissantes. 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ultime renaissance, La Brigade chimérique, Editions Delcourt

On a adoré. Les Américains ne sont pas les seuls à avoir des superhéros. Au début du XXe, les Français avaient aussi des balèzes aux dons multiples pour stopper les méchants. Bon, tout le monde a oublié ces personnages de légende, mais face à de nouvelles menaces, un spécialiste les ramène à notre époque. De l’humour, de l’action à gogo et un dessin des plus séduisants, on ne s’ennuie pas un instant avec cet album imposant qui se veut en fait la suite de celui paru en 2010. Les superhéros ne meurent jamais, n’est-ce pas? 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arkham Mysteries, Editions Soleil

Il y a du Jules Verne dans cet album. Les amateurs d’aventures et de grands frissons seront ravis de suivre Serth Armitage, ex-brillant professeur à l’Université d’Harvard, qui a tout abandonné pour répondre au SOS d’un vieil ami parti découvrir une antique civilisation inconnue en Mongolie. Il reviendra seul, un mystérieux tatouage dans le dos et, « comble » de bonheur, ne va retrouver un travail que dans une étrange université proche de Salem. Bref, il y a tout pour bien faire. Si on est moyennement séduit par le dessin, avouons-le, cet album comporte en revanche une véritable ambiance, angoissante à souhait.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Maître Bryce, Marshall Bass, Editions Delcourt 

Mais qui était-il avant de devenir le premier shérif afro-américain de l’Ouest ? Ce septième tome revient sur la jeunesse de Marshall Bass, alors qu’il n’était encore qu’un jeune esclave. Qui va servir de laquais à un aigrefin de la pire espèce. Il en tirera des leçons pour devenir le père de famille qu’il est devenu. Et au passage apprendre à se servir d’une arme à feu. Bien pratique en ces temps où la vie humaine ne valait pas grand-chose, surtout celle d’un homme de couleur. A déconseiller aux plus jeunes, c’est violent et terriblement efficace. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

0 Commentaire

Pour commenter