Un Western aérien dans le ciel texan

©Istock

Horace McCoy n’était pas seulement l’une des plumes acérées du roman noir américain. Il fut aussi pilote bombardier durant la Première Guerre Mondiale, expérience qu’il a transposée dans une série de récits d’aventure publiés en un volume à la Série Noire.

Jerry Frost est un as du ciel. Vétéran de la Première Guerre Mondiale, il reprend du service sur un aérodrome du Texas pour en finir avec « les avions noirs », un essaim de desesperados qui font la pluie et le beau temps dans le ciel du Rio Grande. Horace MCoy (On achève bien les chevaux) sait de quoi il cause quand il signe cette série de nouvelles parues dans le fameux magazine pulp (NDLR publications peu coûteusesBlack Mask entre 1929 et 1934. Cet auteur emblématique du roman noir étasunien fut lui-même bombardier en France et décoré de la Croix de Guerre. De retour aux States, il traverse une zone de turbulences dans le sillage de la Grande Dépression. Tour à tour ouvrier saisonnier, serveur, garde du corps, il finit par se faire une place à Hollywood où il obtient d’abord quelques petits rôles avant de passer à l’écriture de scénarios. Son style sec et ses récits nerveux, avec des dialogues collant au parler de son époque, touchent un large public, essentiellement masculin, qui goûte tout à la fois ses fictions distrayantes et se retrouve dans sa description des travers de l’American way of life.  

La Série Noire, qui fut son premier éditeur français, dès sa création en 1946, a eu la riche idée de réunir en un volume ces quatorze histoires interdépendantes qui offrent un tableau saisissant de combats aériens des débuts de l’aviation. Comme le dit benoît Tadié dans la préface de ce western du ciel, McCoy transpose avec audace « les villages incendiés de la France par ceux du Mexique brûlés par le soleil. Et d’ajouter : « Les aventures aériennes de Frost constituent une autobiographie émotionnelle du soldat Horace McCoy en même temps qu’un palimpseste de son expérience sur le front.»

N.V.

 

Les Rangers du ciel, Série Noire Gallimard

0 Commentaire

Pour commenter