Nos coups de cœur bd de la semaine

©Istock

A Paris, en 1904, une charmante voleuse au grand cœur séduira à coup sûr le lecteur. Dans un tout autre genre, on hennit de plaisir avec un western, un vrai, somptueux et sauvage. 

J.-M.R

La petite voleuse de la Tour Eiffel, Grand Angle, Editions Bamboo

Un album qui a un charme fou. Paris 1904, «un» pickpocket insaisissable rend fou les policiers. Mais voilà, dans son butin, notre voleuse trouve des secrets d’Etat et une lettre annonçant un suicide, signée Jules. Elle va le retrouver dans le but de le sauver, mais ignore qu’il s’agit du policier qui la traque. La suite… Mais entre une adorable voleuse et un flic solitaire qui vit entouré d’animaux, la conclusion ne peut être que jolie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Salvaje, Undertaker, Editions Dargaud

L’éditeur ose la comparaison avec Blueberry, série mythique de la bd. Reste qu’à la lecture, on se demande effectivement si ce sixième album d’Undertaker n’est pas le meilleur western vu depuis longtemps. Des dessins de paysages, notamment, magnifiques, rendent hommage à la sauvagerie de l’Ouest, celle des blancs plutôt que des Apaches traités comme des bêtes. Et notre héros de croquemort itinérant est une fois de plus à la hauteur. Somptueux. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’insurgée de Varsovie, Editions Delcourt

La résistance séduit les scénaristes ces temps. Cette fois, on est pourtant loin de la France. Cet album évoque la barbarie nazie à Varsovie où les partisans héroïques se sont fait littéralement massacrer. Les troupes russes étaient pourtant à portée de canon ou presque, mais on connaît les sales combines de Staline. C’est ce qu’on découvre, entre autres, avec le portrait de Maria Sabina Devrim qui a participé à la seconde insurrection, celle de 1944. Pour la petite histoire, cette résistante est toujours en vie, à Paris où elle réside aujourd’hui.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bob Morane, Les 100 démons de l’Ombre jaune, Editions Soleil

Revoilà en BD l’aventurier tant aimé par le groupe de rock Indochine. Eh oui, nostalgie oblige, on retrouve, nous aussi, avec infiniment de plaisir Bob Morane et son pote Bill Ballantine. Ils sont en forme. Parachutés au nord de l’Indochine, en 1952, alors que la guerre fait rage, nos héros vont trouver sur leur chemin bien pire que le Viet-Minh, à savoir une armée de clones guerrières aux ordres de… On vous laisse deviner. Les fans vont adorer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le sanctuaire des hérétiques, seconde partie, Editions Soleil

Retour en Transylvanie, mais sans Dracula cette fois. Reste que le journaliste Angel Cimarron est bien déterminé à trouver qui terrorise le village de Bräncvastel. Et pourquoi ? La réponse se trouve sans doute dans une vengeance vieille de plusieurs siècles et au sommet du château habité par une mystérieuse ombre en armure. Un dessin efficace pour une intrigue peut-être un peu trop convenue, mais la mayonnaise prend bien.

 

0 Commentaire

Pour commenter