Les vétérans se sentent pousser des ailes

©DR

En ce mois de mars, on retrouve des aviateurs légendaires au rayon des nouveautés BD tels que Buck Danny, Tanguy et Laverdure, toujours aussi verts.

J.-M.R.

Tanguy VS Laverdure, Editions Dargaud

Les chevaliers du ciel sont aussi fringants qu’à leurs débuts en 1959. Pas une ride de plus et ils volent encore en Mirage. En revanche, les vilains qu’ils affrontent depuis un tome maintenant sont à la pointe de la technologie, arrivant à pénétrer le cerveau de pilotes pour en prendre le contrôle. Evidemment, quand tes coéquipiers se mettent à disjoncter, il faut être prêt à les abattre. Pas simple, mais on retrouve toujours avec autant de plaisir nos deux aviateurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le pacte, Buck Danny, Editions Dupuis

Et encore un vieux de la vieille, notre Buck Danny et ses coéquipiers fidèles, Tumbler et Tuckson nés en 1947. Mais depuis, plus question d’affronter « Les Japs », le trio s’est mis à la page, vole sur des engins de dernière technologie pour lutter contre des affreux qui font joujou avec un très méchant virus. A tel point que même leur ennemie de toujours, Lady X, se pose des questions. Oui, on ouvre un album de Buck Danny avec de la nostalgie, c’est devenu un classique, mais là aussi le plaisir est garanti.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour prix de mes tourments, Le masque aux mille larmes, tome 2,  Editions Dargaud

Ne vous arrêtez pas à la couverture, le récit est en grande partie inspiré de la période des samouraïs. Il y a ceux qui ont tous les droits et les autres parmi lesquels Sadïako toujours désireuse de dérober le masque aux mille larmes qui lui permettra de retrouver son aimé, tué à la guerre. Las, la magie ne donne pas toujours les résultats escomptés. Une histoire efficace, on se laisse prendre facilement à voyager dans ce Japon ancien.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mary-Mae, O’Sullivan, Editions Delcourt

Amateurs de saga, cet album, premier d’une série, est pour vous. De nos jours, Jim, dernier de la lignée des O’Sullivan revient en Irlande. Il est à la recherche de renseignements sur Mary-Mae, la première de la famille à avoir émigré en Amérique pour échapper à la grande famine de 1847. Peu à peu, les deux histoires s’entremêlent alors que Jim découvre les vertus du whisky irlandais en bonne compagnie. L’intrigue est solide et, surtout, on redécouvre les conditions de vie terribles de ces pauvres hères obligés d’embarquer dans des conditions effroyables pour une longue traversée sans retour.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Golgotha, Editions Soleil

Et c’est reparti pour un tour dans les arènes avec Lucius, le plus grand des gladiateurs. Mais sa décision de quitter le sable chaud et sanglant ne plaît pas à son propriétaire qui va le piéger lors de son combat d’adieu. Du jour au lendemain, l’idole des foules devient un paria. Pendant ce temps, la légion fait un curieux prisonnier, alors qu’un enfant a la langue coupée. Trois destins qui vont assurément se relier pour faire trembler Rome. Un dessin efficace, un scénario fait pour plaire aux amateurs du film GladiatorGolgotha devrait largement trouver sa place dans les librairies.

 

 

 

 

0 Commentaire

Pour commenter