La peur surgie du fond des glaces

©Mathieu Génon

Récompensé à plusieurs reprises avec ses précédents ouvrages, le romancier René Manzor nous livre un thriller original et angoissant à souhait. 

Il sait y faire le bougre. Avec Du fond des âges, René Manzor s’est offert un petit plaisir au détriment de ses lecteurs. Enfin, au détriment, c’est exagéré, mais il joue à merveille avec nos nerfs et nos angoisses les plus profondes. Pourquoi un octogénaire enragé poursuit un enfant maori de huit dans les rues de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, avec pour intention de le tuer à tout prix? Et où était cet enfant durant les trois années précédentes depuis sa disparition? Est-il toujours le même? Pour répondre, il faut repartir en arrière et suivre le père de l’enfant, glaciologue parti avec son équipe dans une base russe en pleine Arctique. Sur place, plus aucune trace, des membres de la station ou presque…

On le voit, les ingrédients sont là, nombreux, parfois terrifiants. Ils font monter irrésistiblement la tension au fil des pages. On ne peut s’empêcher de penser au film de John Carpenter, The Thing tourné en 1982. Avec René Manzor, l’efficacité est le maître mot. Guère de place pour une quelconque humanité. La conclusion est sans appel: pourvu que les glaciers cessent de fondre et, au passage, on demandera aux scientifiques d’arrêter de jouer avec le feu. Ou plutôt la glace dans le cas précis.

J.-M.R.

Du fond des âges, Editions Calmann-Lévy

 

 

 

 

 

0 Commentaire

Pour commenter