Jonathan tire sa révérence

©I-Stock

L’actualité BD est marquée par le départ en retraite du héros créé par le Lausannois Cosey, il y a 46 ans. On découvre aussi avec beaucoup de plaisir l’adaptation d’un polar de Manchette.

J.-M.R.

La piste de Yésché, Jonathan, Editions Le Lombard

Le héros du dessinateur lausannois tire sa révérence, 46 ans et dix-sept albums après sa création.Double fantasmé de l’auteur, cette série mythique conte les aventures himalayennes d’un jeune suisse. Récompensée par de multiples prix, elle a souvent été considérée comme un plaidoyer pour un Tibet libre. Mais tout a une fin. En lisant cette dernière aventure, les bédéphiles humeront un délicieux parfum de nostalgie et admireront une fois de plus les couleurs uniques des albums de Cosey. Apaisant, une ode au voyage. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Morgue pleine, Aire libre Editions Dupuis

En adaptant un roman de Jean-Patrick Manchette, Max Cabanes se montre à la hauteur de ce projet ambitieux. Le dessin, les cadrages et la colorisation rendent parfaitement cette ambiance glauque, à savoir l’univers de cet ancien gendarme devenu privé – surtout de clients – jusqu’au moment où une jeune fille frappe à sa porte. Entre deux rasades d’alcool, l’enquêteur ira au bout de ses investigations non sans en payer le prix. Superbe.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les liens du sang, Lonesome, Editions Le Lombard

Un dessin toujours aussi impeccable, un scénario qui tient bien la route, Yves Swolfs nous livre la suite de cette série western qui nous emmène, une fois n’est pas coutume, à New York. Rassurez-vous, là aussi, les affreux sont au rendez-vous et le héros tire toujours aussi juste, sans état d’âme. Bref, du pur et dur et tant pis pour l’humanité, au propre comme au figuré.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Zazous, Editions Glénat

Une bonne surprise que cette nouvelle série. Ne vous fiez en effet pas à la couverture, au bon goût discutable, la bande dessinée vaut largement le déplacement. Ou comment des jeunes résistent d’abord par la danse, la musique et le look à l’occupation allemande. Ces derniers ayant un sens de l’humour modéré et peu de pitié, tout cela va dégénérer. Adieu insouciance, l’heure des choix a sonné à Paris.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le secret de l’Elfe, Les artilleuses, Drakoo, Editions Bamboo

Inspiré du livre de Pierre Pevel, un des maîtres de la Fantasy et Science-fiction en France, cet album ne manque pas de charme. De par son scénario d’abord qui met en avant trois héroïnes dans un Paris où se côtoient deux mondes, celui des humains et celui des Elfes. Bref, nos demoiselles ont fort à faire face aux services secrets des différents partis en présence. On vous rassure, on ne navigue pas dans le trash, mais bien dans l’humour et le dessin d’Etienne Willem ajoute au charme du tout. Agréable à lire, vraiment.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’affaire Ravaillac, Editions Delcourt

On aime bien cette série qui revisite l’histoire en changeant son cours. Ici, l’attentat perpétré par Ravaillac contre Henri IV a été déjoué. Reste que sa Majesté, en route pour la guerre contre les Espagnols, veut savoir si l’assaillant a agi seul et, sinon, qui sont les comploteurs? Il charge un homme de confiance d’enquêter. Et ce brave homme va aller de surprise en surprise – et pas que des bonnes. Une intrigue qui fait la part belle au cynisme des grands de ce monde et qui s’appuie sur un dessin réaliste pour ne pas dire efficace.  

 

 

 

0 Commentaire

Pour commenter