Des BD pour se réchauffer

©DR

Novembre, la grisaille, le moral est en baisse. Heureusement, les auteurs de BD nous offrent quelques perles bonnes pour la tête. 

J.-M.R. 

Lord Heron, La complainte des landes perdues, cycle 4, Editions Dargaud

Avec quel plaisir on retrouve cette série et ce nouveau cycle! Au scénario toujours Dufaux et, au dessin, Teng, un petit nouveau, qui fait honneur à ses prédécesseurs. Bref, on se met immédiatement dans les pas de Sioban, la reine des Sudenne, partie rendre visite à son oncle Lord Heron et à sa cousine. Sous des airs d’ange, Alyssa cache cependant une folie certaine, elle qui va épouser un chef de clan dont la subtilité n’est pas l’atout majeur. Autant dire qu’il va y avoir de l’action. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La brisure, Hérauts, Editions Delcourt

Revoilà le temps de la chevalerie avec cette nouvelle série et un duo d’enquêteurs plutôt sympas. Moine défroqué, Landri accompagne Mayeul, un jeune peintre talentueux. Ils ont été chargés par le Roi en personne de recenser l’ensemble des armoiries et des blasons de l’époque. Bon, chemin faisant, ces deux spécialistes en héraldique vont évidemment tomber sur une affaire criminelle. Un dessin sympa, une intrigue qui tient la route, l’album constitue une jolie découverte.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ténébreuse, livre premier, Aire Libre, Editions Dupuis

On prend le pari. Si vous ouvrez cet ouvrage, vous ne pourrez que tomber sous le charme du dessin et de cette histoire. Arzhur, chevalier déchu, rêve d’expier ses crimes. Ça tombe bien, trois harpies lui proposent de libérer une princesse, emprisonnée dans les ruines d’un château. Pas trop malin, mais honnête, notre gaillard accomplit sa mission. Il découvre alors que la noble dame n’était pas là par hasard, il y a de la magie dans l’air. On est sous le charme. 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Go West Youg Man, Grand Angle, Editions Bamboo

Le western intéresse de nouveau les éditeurs, se réjouit Tiburce Oger, scénariste de cet album hommage qui réunit 17 dessinateurs de talent. Hormis Marini qui a réalisé uniquement la couverture, les autres ont tous concocté les planches d’un épisode de cette histoire dont le fil conducteur est une vieille montre, qui passe de main en main, souvent après une tragédie. Au programme de cette épopée, les uns et les autres évoquent le racisme, le génocide indien, les guerres sanglantes et la misère. Un ouvrage de référence pour tout amoureux de l’Ouest sauvage.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ulrog de la Forge, Nains, Editions Soleil

Depuis Le seigneur des anneaux, les nains nous paraissent sympathiques dans le monde de la Fantasy. Le tome 21 de cette collection nous conforte dans cette idée. Oui, ils sont petits, braillards, mais surtout courageux et fidèles. C’est ce qu’on (re)découvre avec l’histoire de Ulrog qui, pour sauver sa tête, a besoin de son frère, un combattant exceptionnel au caractère de cochon dont il a perdu la trace. Vraiment sympa, cet album perpétue la légende.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

0 Commentaire

Pour commenter