Dangereux apprentis-sorciers

@DR  Josh Brewster Photography

Avec Les maîtres enlumineurs, l’Américain Robert Jackson Bennett nous offre le premier tome brillant d’une trilogie de Fantaisie épique. Ou quand les hommes jouent à nouveau avec le feu.

A Tevanne, quatre Maisons puissantes font la loi. Alors que la populace vit dans la crasse et la misère, elles vivent dans l’opulence entourées de murs infranchissables. Leur pouvoir et leur richesse viennent des enluminures, un procédé consistant à donner aux objets des pouvoirs défiant les lois de la physique. Le problème, c’est que les apprentis magiciens, connus sous le nom de fondateurs, ne maîtrisent pas vraiment ce qu’ils font, se contentant d’exploiter au mieux des reliquats d’une civilisation disparue. Les quatre Maisons cherchent toutefois à retrouver d’autres artefacts pour percer le mystère. C’est ce dont Sancia, jeune voleuse, va se rendre compte lorsqu’elle accepte un contrat pour s’emparer d’un coffret détenant une mystérieuse clef.

Menée tambour battant, l’action est omniprésente dans Les maîtres enlumineurs. Les personnages sont attachants, à commencer par notre cambrioleuse, dotée de certains pouvoirs en raison d’une plaque installée de force à l’époque dans son crâne par les spécialistes d’une des quatre Maisons. La grande force de l’auteur est toutefois sa capacité à créer un monde dont toute humanité semble absente à de rares exceptions près. Un univers apocalyptique et crédible où le seul mot d’ordre est Sauve ta peau tant que tu le peux. Mais il en faudra plus pour décourager Sancia et ses étranges alliés. Passionnant.  

J.-M.R.

Les maîtres enlumineurs, Editions Albin Michel

 

 

 

 

0 Commentaire

Pour commenter