Bernard Werber butine pour la cause des abeilles

DR © Leonardo Cendamo / Leemage

Après les fourmis, les papillons et les chats, l’écrivain toulousain s’intéresse à ces insectes menacés de disparition dans son dernier thriller esotérique.

Avec Bernard Werber, on est rarement déçu du voyage. Preuve en est le dernier né du Français le plus lu au monde après Marc Lévy (30 millions d’exemplaires vendus): La prophétie des abeilles. Bref, fort de ses succès et de sa recette épouvée – même s’il avoue avoir douté de son manuscrit au point de le reprendre complétement trois mois avant sa sortie – le sexagénaire toulousain concocte comme d’habitude un cocktail aux multiples ingrédients sur sa feuille blanche. Avec conviction, cet ancien journaliste scientifique mélange ésotérisme, thriller, observations scientifiques sur les animaux, rappels historiques et considérations écologistes.  

Dans La prophétie des abeilles, on suit ainsi René – ancien étudiant en histoire très brillant – qui découvre une face cachée de la méditation, à savoir l’hypnose régressive qui permet de voyager dans le temps. Il découvre ainsi le futur apocalyptique de la terre. Surpopulation, réchauffement climatique et disparition des insectes producteurs de miel, la fin est proche. Sur les conseils de son « lui » futur, il part alors dans le passé à la recherche d’un manuscrit supposé sauver le monde. Et comme le hasard fait bien les choses, un de ses ancêtres templiers était dans le coup.

Alors, le dernier ouvrage de Bernard Werber? Ses fans devraient y trouver leur compte. Les nouveaux lecteurs, eux, seront un peu désorientés, mais ils trouveront d’une manière ou l’autre de quoi alimenter leurs réflexions. 

J.-M.R.

La prophétie des abeilles, Editions Albin Michel     

 

0 Commentaire

Pour commenter