Langue: Parlez-vous français ?

© DR

ll est plus que temps de ne pas déserter la langue française: selon certaines estimations, elle serait l’une des plus parlées en 2050. Petits exercices de style.

C’est l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) qui l’affirme : le français est actuellement la cinquième langue la plus parlée sur la planète, derrière le mandarin, l’anglais, l’espagnol et l’arabe ou l’hindi, suivant les estimations prises en compte. Une place plus que honorable sachant qu’il existe près de 7000 langues vivantes et bien peu de pare-feux contre les anglicismes qui déboulent en trombe dans nos champs lexicaux. Derniers exemples : bashing, burn-out, flyer, pitch, stand-by*.

Pourtant, selon certains prévisionnistes, le français pourrait bien occuper l’une des trois premières places de ce classement à l’horizon de 2050. Comment expliquer pareille évolution ? D’une part, parce que le français serait la deuxième langue la plus apprise dans le monde,

y compris aux Etats-Unis, après l’espagnol. D’autre part, parce que 50 % des francophones sont africains. Or, la population africaine devrait passer de 800 millions d’individus en 2010 à 4,5 milliards en 2100, selon les projections de l’Institut d’études nationales démographiques (INED). Voilà pourquoi, il est important de ne pas déserter notre chère langue française. Et de continuer à en comprendre les origines, les subtilités et les nouveautés (lire nos différents encadrés). Le Petit Robert 2019 a accueilli plusieurs mots qui, ô étrange concordance des temps, ont récemment résonné sur les ronds-points français dans les rangs des Gilets jaunes : accorderie, sorte de troc de services dans un esprit solidaire ; antisystème, hostile au système, aux institutions dominantes ; bisounours : terme qui désigne les habitants d’un monde utopique et employé pour tourner en dérision l’idéalisme, la naïveté d’un adversaire politique . A souligner que Le Petit Robert intègre cet helvétisme : ébriquer, qui signifie casser. Comme quoi, il ne faut jamais désespérer de se faire comprendre. 

 

*100 anglicismes à ne plus jamais utiliser, Jean Maillet, Figaro Editions


Le pouvoir magique du mot « bonjour »

Parler le français est une chose. L’utiliser pour bien s’insérer dans une conversation à la française en est une autre. C’est ce qu’ont découvert à leurs dépens les Canadiens Julie Barlow et Jean-Benoît Nadeau, deux journalistes ayant séjourné à deux reprises et pour de longues périodes à Paris. Ils ont, par exemple, découvert le pouvoir magique du mot « bonjour » sans lequel aucun échange même banal ne peut s’enclencher avec des Français. « On a longtemps considéré, à tort, que « bonjour » était l’équivalent de « hello », et qu’il était facultatif dans certaines situations, explique Julie Barlow. Or, dans un supermarché français, si vous vous adressez à un vendeur pour lui demander où se trouve le rayon bio, sans lui avoir au préalable dit « bonjour », il ne vous répondra pas. Au mieux, il râlera entre ses dents. » Sous les mots, la vie telle qu’elle est ! Ainsi parlent les Français — Codes, tabous et mystères de la conversation française, Julie Barlow et Jean-Benoît Nadeau, Robert Laffont

 

 

Véronique Châtel

 

 


Testez vos connaissances !

 

 

Aïeuls/Aïeux

Le mot aïeul a deux pluriels, aïeuls et aïeux. Les aïeuls, ce sont les grands-parents maternels et paternels. Les aïeux, ce sont les ancêtres.

 

Enfant prodige/Enfant prodigue

Un petit prodige est un enfant précoce et doué.

L’enfant prodigue est celui qui revient dans le giron familial après une longue absence.

 

Rasé de frais/Rasé de près

Etre rasé de frais, c’est être fraîchement rasé, c’est-à-dire depuis peu de temps. Etre rasé de près, c’est être soigneusement rasé. La nuance tient à quelques poils.

 

Perpétrer/Perpétuer

Très proches phonétiquement, ces deux verbes sont souvent confondus. Perpétuer vient du latin perpetuare et signifie faire durer toujours ou longtemps. Perpétrer traduit une action criminelle.

 

Fruste/Rustre

Fruste — et non pas frustre, contrairement à ce qu’on entend souvent — vient de l’italien, « frusto » et signifie usé. Avec le temps, il a pris le sens de « mal dégrossi, sans finesse ». « Rustre » se dit d’un individu grossier et brutal.

 

Faire long feu/Ne pas faire long feu

« Faire long feu » signifie manquer son but, échouer. L’expression vient de l’usage des armes à feu. Lorsque la combustion de la poudre durait trop longtemps, le coup ne partait pas ou partait mal et manquait son but.
L’expression « ne pas faire long feu » provient, elle, de la flamme qui s’éteint rapidement et traduit la brièveté d’une action.

 

Mettre à jour/ Mettre au jour

Mettre à jour, c’est mettre en conformité, en ordre avec le moment présent. En revanche, mettre au jour signifie mettre à découvert et, au figuré, faire apparaître, révéler.

 

Sabler le champagne/Sabrer le champagne

L’expression sabler le champagne, qui date du XVIIe siècle s’appliquait à tous les vins, avec le sens de vider son verre rapidement dans son gosier, par analogie avec de la matière en fusion que l’on verse dans un moule en sable. Quand on sabre le champagne, on tranche le goulot de la bouteille d’un coup de sabre.

 

Eruption/Irruption

Une éruption est une poussée brusque d’une chose vers l’extérieur : éruption volcanique, éruption dentaire, éruption cutanée ...
Une irruption est, au contraire, un mouvement soudain vers l’intérieur : irruption du mari de la dame ...

 

Hiberner/Hiverner

Les deux mots proviennent du mot latin, hibernare, passer l’hiver. Hiberner se dit des mammifères qui passent l’hiver en hibernation. Hiverner signifie passer l’hiver à l’abri ou plus largement passer l’hiver dans tel ou tel endroit.

 


Savez-vous d’où viennent ces quatre expressions ?

 

Etre le dindon de la farce

Signification : être dupé.

L’origine : l’écrivain et le défenseur de la langue française, Claude Duneton, relie l’expression à un divertissement forain du XIXe siècle intitulé « le ballet des dindons ». L’argument du spectacle était le suivant : on plaçait quelques-unes de ces volailles placides sur une tôle surélevée et clôturée, formant une scène, puis on chauffait progressivement ce plancher métallique par dessous. A mesure que la chaleur se faisait sentir dans leurs pattes, les dindons commençaient à s’agiter, à danser sur la tôle d’un air évidemment grave qui mettait en joie les badauds admis à contempler cette souffrance animale.

 

Tenir la dragée haute

Signification : faire attendre longtemps quelqu’un avant d’accéder à sa demande pour lui signifier le pouvoir que l’on a sur lui.

L’origine : cette expression date du XVIIIe siècle. Elle ferait référence à un ancien jeu d’enfants dont le but était d’attraper une friandise suspendue à un fil. Celui qui tenait le fil le soulevait selon son bon vouloir pour empêcher les marmots d’attraper trop facilement le bonbon. Ce faisant, il exerçait sur eux une certaine forme de pouvoir.

 

Tirer les marrons du feu

Signification : se donner du mal, courir des risques pour le seul profit d’autrui.

L’origine : cette expression est souvent comprise des usagers comme si elle signifiait « tirer profit d’une situation délicate ». Or, cela signifie « se donner du mal, courir des risques pour le seul profit d’autrui ». L’expression s’emploie par référence à la fable de La Fontaine, « Le singe et le chat ». Un singe rusé obtient d’un chat crédule qu’il prenne tous les risques pour son seul intérêt.

 

Ouvrir la boîte de Pandore

Signification : au cours d’une conversation, ouvrir une boîte de Pandore, c’est aborder un sujet source de conflit probable.

L’origine : cette expression provient de la mythologie gréco-latine. Pour se venger de Prométhée qui l’avait trompé, Zeus décida de punir les hommes qui vivaient heureux sans travailler et sans connaître la maladie. Il décida donc de créer la première femme mortelle, Pandora. Celle-ci aurait ouvert par inadvertance la jarre où étaient enfermés tous les biens et les joies qui se seraient alors envolés vers l’Olympe, ainsi perdus pour les hommes. Il ne leur resta plus que l’espérance.

 

Source: le mot juste, Pierre Jaskarzec, Librio

0 Commentaire

Pour commenter