Il est pas beau mon tank?

DR

Pour les passionnés d’histoire militaire, L’étoile de Koursk revient sur un des acteurs principaux de la Seconde Guerre mondiale, le char russe T-34. Ainsi que sur une des premières femmes tankistes, Aleksandra Samusenko.

Pacifistes, passez votre chemin, cette bande dessinée ne rigole pas! L’étoile de Koursk est en effet le quatrième volume de la série Machines de guerre, tout un programme. Reste que cet album est bien réalisé et qu’il fait d’une pierre deux coups. On y découvre ainsi l’histoire du T-34, considéré comme le meilleur tank du monde y compris par Heinz Guderian, le spécialiste des chars allemands. Ses débuts sur les champs de bataille furent pourtant difficiles, la faute à une stratégie pour le moins ridicule qui consistait à faire avancer les véhicules à la queue-leu-leu. Un régal pour l’adversaire.

L’une des premières à avoir compris cette erreur, c’est Aleksandra Samusenko, première femme à diriger un T-34 et qui a été reconnue héroïne de l’Union soviétique pour avoir détruit trois chars Tigres allemands durant la bataille de Koursk. Elle trouvera la mort le 3 mars 1945.

J.-M.R.

L’étoile de Koursk, Editions Delcourt 

 

 

 

0 Commentaire

Pour commenter